Nul ne sait si Thunder Power produira vraiment des voitures électriques à Gosselies. La start-up chinoise pourrait se convertir aux guides touristiques. C'est l'impression qui ressort d'une visite de son site web, lequel promet pourtant toujours de produire une petite citadine, baptisée Chloé, dans notre pays.

Depuis six mois, ce site n'annonce plus rien sur l'évolution de ses activités. En revanche, il s'enrichit de pages touristiques, avec des photos montrant la Chloé, en images virtuelles, devant des monument connus des pays choisis. Le dernier " mini-guide " en date remonte au 31 juillet et explique comment visiter Rome. La série comprend Berlin, Bergen, Rotterdam, Dundee, Nice et Marseille. Le 3 mai, le site proposait déjà Bruxelles et un petit tour en Belgique, avec Anvers, Bruges et Gand en vedettes.

Deux ans de retard

Thunder Power reste très discret sur l'avancement de ses activités. Voici une bonne année, le 19 octobre 2018, la société avait annoncé son arrivée à Gosselies, dans l'ancienne usine Caterpillar où elle allait fabriquer la Chloé à partir de 2020. Depuis lors, il ne s'est pas passé grand-chose en dehors de l'annonce des reports successifs. " L'assemblage de la Chloé débutera à Charleroi en 2021 ", avait annoncé Renaud Witmeur, patron de la Sogepa, à nos confrères de L'Echo en juillet. Et le 20 novembre, lors d'un voyage en Chine, le ministre wallon Willy Borsus a déjeuné avec Wellen Sham, CEO de Thunder Power, qui lui a annoncé un nouveau report, pour 2022. Ces deux ans de retard ne désespèrent pas le ministre : " J'ai entendu un message très rassurant et volontariste, il y a un vrai engagement dans ce projet à Charleroi ". Un engagement qui ne s'est pas encore traduit par la création d'une société en Belgique.

Nos multiples tentatives d'en savoir plus se sont révélées infructueuses. Thunder Power, qui répondait avec parcimonie aux questions fin 2018, ne nous répond plus du tout. La Région wallonne avait annoncé l'an dernier sa volonté d'investir 50 millions d'euros dans le projet, sur un total de 175 millions. Thunder Power avait annoncé en 2018 qu'il devait lever 400 millions de dollars pour lancer la production des ses véhicules mais à ce jour, aucune information n'a été publiée sur le sujet. Aucune annonce d'une levée de capitaux n'a été opérée. Même chose pour le projet d'IPO à Hong Kong. La société a-t-elle l'argent pour produire ses voitures en série ? La Sogepa reste également silencieuse ces derniers temps. Elle avait promis de ne pas injecter de fonds tant que d'autres investisseurs n'y participeraient également.

Thunder Power n'a jamais produit de voitures électriques. Sa discrétion extrême est d'autant plus intrigante que l'entreprise est supposée produire maintenant le premier modèle à Ganzhou, en Chine, une sedan, une anti-Tesla. Un événement qui devrait être accompagné d'une grande campagne de communication. Or, le site chinois de Thunder Power n'indique plus aucune information depuis avril dernier...