Un rapatriement des touristes belges ne devrait pas non plus poser problème, étant donné que la majorité des vols sont assurés par Brussels Airlines, souligne, Jean-Luc Hans, président de l'ABTO.

Le Fonds de garantie couvre les voyages "package" (hôtel + vol). Ce dernier tentera, en cas de faillite, de faire en sorte qu'un maximum de séjours actuellement en cours se poursuivent ou ceux-ci seront remboursés, ajoute Koen van den Bosch, CEO de l'Association flamande des agences de voyage (VVR).

Un voyageur qui aurait réservé seulement un vol ou un hôtel ne peut pas faire appel au Fonds de garantie, insistent les deux organismes.

Les bureaux de Thomas Cook Belgique, qui dépend, comme les filiales allemande et néerlandaise, de Thomas Cook Europe Continentale, restent ouverts lundi et les touristes qui devaient partir ce même jour ont bien pris le départ, souligne Koen van den Bosch.

Des témoignages circulent par ailleurs çà et là au sujet de voyageurs "tenus en otage" par leur hôtel. "C'est illégal", poursuit la VVR. "Il s'agit principalement de touristes britanniques. Il ne faut pas non plus semer la panique car dans certains cas, il est autorisé de demander une garantie par carte de crédit. Mais soyons clairs: de telles pratiques pour garantir le voyage, c'est inadmissible! Les voyageurs doivent donc refuser et avertir leur accompagnateur local et Thomas Cook Belgique."

Une faillite en Belgique ne serait dans tous les cas pas une bonne chose, conclut-il, car le tour-opérateur est un acteur clé du marché dans le pays. Avec Tui, ils sont effectivement les deux principaux voyagistes, contrairement à d'autres pays européens. "Si seul Tui persistait en Belgique, il y aurait en réalité une situation de monopole."

Actuellement, environ 10.000 Belges sont en vacances avec un voyage réservé via Thomas Cook Belgique (Thomas Cook et Neckermann).