Les modèles concernés sont des Model 3 construits entre 2017 et 2022, des Model S (2016-2022), des Model X (2016-2022) et des Model Y (2020-2022).

Tesla a transmis le 27 janvier des documents à l'agence de sécurité routière américaine, la NHTSA, qui a pris acte de ce rappel.

La fonctionnalité "arrêt roulant", intégrée depuis le 10 octobre 2020 au système d'aide à la conduite FSD Beta, permet au véhicule de poursuivre sa course après un panneau "Stop" s'il se déplace à moins de 9 km/h, si aucun autre véhicule, cycliste ou piéton n'a été détecté à l'intersection, si la vitesse des autres routes de l'intersection est limitée à 50 km/h et si la visibilité est suffisante.

Mais après deux rencontres avec la NHTSA, Tesla a décidé, le 20 janvier, de désactiver ce programme, reconnaissant qu'il était susceptible "d'augmenter le risque de collision".

La désactivation se fera à distance et gratuitement, les propriétaires concernés étant censés recevoir un courrier de notification à partir de fin mars.

Le fabricant précise ne pas avoir connaissance d'accident, de blessure ou de décès provoqué par l'utilisation de la fonctionnalité.

Lors de la publication de ses résultats financiers la semaine dernière, Tesla a indiqué que le FSD Beta était désormais testé en conditions réelles par plus de 60.000 conducteurs.

Le patron du groupe, Elon Musk, a aussi estimé à cette occasion qu'un logiciel de conduite entièrement autonome était envisageable "d'ici à la fin de l'année", une promesse déjà faite par le passé.

Le rappel fait suite à celui de 7.600 véhicules Tesla en novembre dernier pour des risques liés à l'airbag conducteur, et à celui, beaucoup plus important, d'un demi-million de voitures en décembre pour des problèmes de coffre.

L'entreprise a également accepté en fin d'année dernière de désactiver la fonctionnalité permettant aux conducteurs de jouer aux jeux vidéo lorsqu'ils sont au volant. Tesla était visé par une enquête de la NHTSA dans ce dossier.

Les modèles concernés sont des Model 3 construits entre 2017 et 2022, des Model S (2016-2022), des Model X (2016-2022) et des Model Y (2020-2022). Tesla a transmis le 27 janvier des documents à l'agence de sécurité routière américaine, la NHTSA, qui a pris acte de ce rappel. La fonctionnalité "arrêt roulant", intégrée depuis le 10 octobre 2020 au système d'aide à la conduite FSD Beta, permet au véhicule de poursuivre sa course après un panneau "Stop" s'il se déplace à moins de 9 km/h, si aucun autre véhicule, cycliste ou piéton n'a été détecté à l'intersection, si la vitesse des autres routes de l'intersection est limitée à 50 km/h et si la visibilité est suffisante. Mais après deux rencontres avec la NHTSA, Tesla a décidé, le 20 janvier, de désactiver ce programme, reconnaissant qu'il était susceptible "d'augmenter le risque de collision". La désactivation se fera à distance et gratuitement, les propriétaires concernés étant censés recevoir un courrier de notification à partir de fin mars. Le fabricant précise ne pas avoir connaissance d'accident, de blessure ou de décès provoqué par l'utilisation de la fonctionnalité. Lors de la publication de ses résultats financiers la semaine dernière, Tesla a indiqué que le FSD Beta était désormais testé en conditions réelles par plus de 60.000 conducteurs. Le patron du groupe, Elon Musk, a aussi estimé à cette occasion qu'un logiciel de conduite entièrement autonome était envisageable "d'ici à la fin de l'année", une promesse déjà faite par le passé. Le rappel fait suite à celui de 7.600 véhicules Tesla en novembre dernier pour des risques liés à l'airbag conducteur, et à celui, beaucoup plus important, d'un demi-million de voitures en décembre pour des problèmes de coffre. L'entreprise a également accepté en fin d'année dernière de désactiver la fonctionnalité permettant aux conducteurs de jouer aux jeux vidéo lorsqu'ils sont au volant. Tesla était visé par une enquête de la NHTSA dans ce dossier.