Le constructeur de véhicules électriques a précisément dégagé un bénéfice net de 104 millions de dollars au deuxième trimestre alors que sur la même période en 2019, le groupe d'Elon Musk avait perdu 408 millions de dollars.

Le bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, est ressorti à 2,18 dollars, dépassant largement les attentes des analystes qui s'attendaient à une perte de 2 cents selon FactSet.

Lesté par un recul des livraisons de 5%, le groupe a sur la période vu son chiffre d'affaires se replier d'autant. Mais à 6,04 milliards de dollars, les ventes de l'entreprise sont plus élevées que les 5,16 milliards prévus par les spécialistes du titre.

Tesla attribue son bénéfice surprise à des "améliorations opérationnelles essentielles".

Les coûts liés à la fermeture de ses usines, en Californie et en Chine, ont été compensés par des mesures d'économies, ajoute le groupe.

A Wall Street, l'action prenait plus de 4% dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance officielle. Elle continue ainsi sur sa lancée, Tesla s'étant envolé de plus de 275% en Bourse depuis le début de l'année.

Le fait que Tesla affiche mercredi soir un bénéfice pour le quatrième trimestre de suite lui ouvre désormais la porte du S&P 500. Etre intégré à ce prestigieux indice permettrait à l'action d'être systématiquement incluse dans de nombreux produits financiers qui suivent mécaniquement ses fluctuations, les ETF, et lui donnerait encore plus d'ampleur.

Le constructeur de véhicules électriques a aussi affirmé mercredi que la livraison de 500.000 véhicules sur l'ensemble de l'année restait son objectif, même si ce dernier "est devenu plus difficile à atteindre".

"Nous pensons que les progrès que nous avons réalisés au cours du premier semestre de cette année nous ont bien positionnés pour le second semestre. La production dans nos installations existantes continue de s'améliorer pour répondre à la demande, et nous continuons à renforcer nos capacités", a souligné le groupe.

Le constructeur de véhicules électriques a précisément dégagé un bénéfice net de 104 millions de dollars au deuxième trimestre alors que sur la même période en 2019, le groupe d'Elon Musk avait perdu 408 millions de dollars.Le bénéfice par action ajusté des éléments exceptionnels, référence en Amérique du Nord, est ressorti à 2,18 dollars, dépassant largement les attentes des analystes qui s'attendaient à une perte de 2 cents selon FactSet. Lesté par un recul des livraisons de 5%, le groupe a sur la période vu son chiffre d'affaires se replier d'autant. Mais à 6,04 milliards de dollars, les ventes de l'entreprise sont plus élevées que les 5,16 milliards prévus par les spécialistes du titre. Tesla attribue son bénéfice surprise à des "améliorations opérationnelles essentielles".Les coûts liés à la fermeture de ses usines, en Californie et en Chine, ont été compensés par des mesures d'économies, ajoute le groupe.A Wall Street, l'action prenait plus de 4% dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance officielle. Elle continue ainsi sur sa lancée, Tesla s'étant envolé de plus de 275% en Bourse depuis le début de l'année.Le fait que Tesla affiche mercredi soir un bénéfice pour le quatrième trimestre de suite lui ouvre désormais la porte du S&P 500. Etre intégré à ce prestigieux indice permettrait à l'action d'être systématiquement incluse dans de nombreux produits financiers qui suivent mécaniquement ses fluctuations, les ETF, et lui donnerait encore plus d'ampleur.Le constructeur de véhicules électriques a aussi affirmé mercredi que la livraison de 500.000 véhicules sur l'ensemble de l'année restait son objectif, même si ce dernier "est devenu plus difficile à atteindre"."Nous pensons que les progrès que nous avons réalisés au cours du premier semestre de cette année nous ont bien positionnés pour le second semestre. La production dans nos installations existantes continue de s'améliorer pour répondre à la demande, et nous continuons à renforcer nos capacités", a souligné le groupe.