La rencontre n'aura duré qu'une petite demi-heure, la direction affirmant de ne pas avoir de mandat pour recevoir les pilotes et le personnel de cabine ensemble, indique la CNE. Le syndicat chrétien, lui, refuse que les négociations soient séparées dès l'entame des discussions, de nombreux points communs devant être clarifiés.

"On est dans l'impasse", déplore Yves Lambot de la CNE. "Il y a des points communs" aux différentes fonctions et ils "doivent être réglés avant" de se pencher spécifiquement sur les négociations propres aux pilotes et celles propres aux membres du personnel de cabine. Le refus de Ryanair est, pour le syndicat, une preuve que les membres de la direction "ne connaissent pas du tout la loi belge" et la CNE estime cette donnée "inquiétante" pour la suite des discussions.

Pour la délégation, la balle est dans le camp de la compagnie aérienne. "Il n'y a pas de nouvelle date prévue" pour discuter. "On attend de voir si Ryanair fait un pas vers nous" et accepte donc de recevoir la délégation syndicale pour l'ensemble des travailleurs. En l'absence de réaction dans un délai raisonnable, des actions pourront être envisagées, mais elles ne sont pas à l'ordre du jour dans l'immédiat.

La rencontre n'aura duré qu'une petite demi-heure, la direction affirmant de ne pas avoir de mandat pour recevoir les pilotes et le personnel de cabine ensemble, indique la CNE. Le syndicat chrétien, lui, refuse que les négociations soient séparées dès l'entame des discussions, de nombreux points communs devant être clarifiés."On est dans l'impasse", déplore Yves Lambot de la CNE. "Il y a des points communs" aux différentes fonctions et ils "doivent être réglés avant" de se pencher spécifiquement sur les négociations propres aux pilotes et celles propres aux membres du personnel de cabine. Le refus de Ryanair est, pour le syndicat, une preuve que les membres de la direction "ne connaissent pas du tout la loi belge" et la CNE estime cette donnée "inquiétante" pour la suite des discussions. Pour la délégation, la balle est dans le camp de la compagnie aérienne. "Il n'y a pas de nouvelle date prévue" pour discuter. "On attend de voir si Ryanair fait un pas vers nous" et accepte donc de recevoir la délégation syndicale pour l'ensemble des travailleurs. En l'absence de réaction dans un délai raisonnable, des actions pourront être envisagées, mais elles ne sont pas à l'ordre du jour dans l'immédiat.