Ce mardi 15 décembre, le trafic Internet a atteint son point culminant: le réseau de Telenet a franchi la barre des 3 térabits par seconde à 21h05. Selon l'entreprise, cela signifie que tous les internautes ont téléchargé ensemble, en une seconde, une quantité de données comparable à 190.000 photos.

"Les moments de pics sont souvent liés à ceux où les jeux sont lancés", explique Isabelle Geeraerts. La croissance accélérée du trafic Internet n'a pas encore causé de problèmes. "Nous avons fait d'importants investissements dans notre réseau ces dernières années, et il existe un certain nombre de moyens techniques pour résoudre les problèmes de congestion. Nous avons toujours prévu des marges, et elles sont maintenant exploitées."

Le streaming représente déjà la moitié du trafic Internet, et Telenet a également connu un certain nombre de changements frappants au cours de cette année spéciale. Le surf sur des sites web a connu une hausse de 43%, notamment en raison des achats en ligne, du télétravail et de l'enseignement à distance. Les appels vidéo ont logiquement progressé, de 83%, selon l'opérateur. Les médias sociaux ont également vu passer plus de trafic.

Le trafic de données des smartphones n'a augmenté que de 30%, conformément aux prévisions. Pendant les périodes de confinement en mars et novembre, on a constaté une baisse des données mobiles, peut-être parce que de nombreuses personnes ont opté pour le réseau Wi-Fi à la maison.

Si le nombre d'appels téléphoniques est en baisse depuis des années, il y en a par contre soudainement eu davantage après l'annonce du premier confinement. Autre fait frappant : depuis la crise, les appels durent en moyenne deux fois plus longtemps qu'auparavant.

Ce mardi 15 décembre, le trafic Internet a atteint son point culminant: le réseau de Telenet a franchi la barre des 3 térabits par seconde à 21h05. Selon l'entreprise, cela signifie que tous les internautes ont téléchargé ensemble, en une seconde, une quantité de données comparable à 190.000 photos. "Les moments de pics sont souvent liés à ceux où les jeux sont lancés", explique Isabelle Geeraerts. La croissance accélérée du trafic Internet n'a pas encore causé de problèmes. "Nous avons fait d'importants investissements dans notre réseau ces dernières années, et il existe un certain nombre de moyens techniques pour résoudre les problèmes de congestion. Nous avons toujours prévu des marges, et elles sont maintenant exploitées." Le streaming représente déjà la moitié du trafic Internet, et Telenet a également connu un certain nombre de changements frappants au cours de cette année spéciale. Le surf sur des sites web a connu une hausse de 43%, notamment en raison des achats en ligne, du télétravail et de l'enseignement à distance. Les appels vidéo ont logiquement progressé, de 83%, selon l'opérateur. Les médias sociaux ont également vu passer plus de trafic. Le trafic de données des smartphones n'a augmenté que de 30%, conformément aux prévisions. Pendant les périodes de confinement en mars et novembre, on a constaté une baisse des données mobiles, peut-être parce que de nombreuses personnes ont opté pour le réseau Wi-Fi à la maison. Si le nombre d'appels téléphoniques est en baisse depuis des années, il y en a par contre soudainement eu davantage après l'annonce du premier confinement. Autre fait frappant : depuis la crise, les appels durent en moyenne deux fois plus longtemps qu'auparavant.