Le personnel proteste contre le licenciement d'un agent survenu la semaine dernière. Un licenciement qui s'inscrit, selon les syndicats, dans une longue série puisqu'une quinzaine de personnes ont été renvoyées en deux ans dont quatre depuis le début d'année.

Les syndicats estiment d'ailleurs que le dernier licenciement en date est abusif "en raison du laps de temps entre la date du dernier fait reproché, à savoir décembre, et la survenance du licenciement".

La CGSP Admi estime également que des licenciements sont réalisés "à la tête du client, en fonction de son grade et de ses relations et que les écarts de conduite constatés chez des hauts gradés se traitent avec plus d'indulgence".

Pour le syndicat socialiste, la direction profite de la moindre occasion pour se défaire du personnel.

Le dialogue a néanmoins été renoué mardi matin. La direction et les syndicats se retrouveront lundi autour de la table pour "encadrer les licenciements du personnel contractuel", concluent les syndicats.

Le personnel proteste contre le licenciement d'un agent survenu la semaine dernière. Un licenciement qui s'inscrit, selon les syndicats, dans une longue série puisqu'une quinzaine de personnes ont été renvoyées en deux ans dont quatre depuis le début d'année. Les syndicats estiment d'ailleurs que le dernier licenciement en date est abusif "en raison du laps de temps entre la date du dernier fait reproché, à savoir décembre, et la survenance du licenciement". La CGSP Admi estime également que des licenciements sont réalisés "à la tête du client, en fonction de son grade et de ses relations et que les écarts de conduite constatés chez des hauts gradés se traitent avec plus d'indulgence". Pour le syndicat socialiste, la direction profite de la moindre occasion pour se défaire du personnel. Le dialogue a néanmoins été renoué mardi matin. La direction et les syndicats se retrouveront lundi autour de la table pour "encadrer les licenciements du personnel contractuel", concluent les syndicats.