La cause de cette agitation est l'annonce par le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) des tarifs de la future taxation kilométrique dans le nord du pays.

Febetra a organisé mardi une assemblée générale dont il ressort que la volonté d'agir est grande parmi ses membres. Une réunion avec les autres fédérations professionnelles du secteur, TLV et UPTR, a eu lieu mercredi. Ces dernières devant encore consulter leurs membres, les trois fédérations se réuniront à nouveau le 3 juin. Une décision quant à des actions pourrait alors être prise. "Le risque est important", laisse-t-on entendre.

Les transporteurs préviennent que la taxe kilométrique sera répercutée sur les clients. "Sinon, même les plus saines des entreprises tomberont en faillite endéans un mois", estime Isabelle De Maegt, porte-parole de Febetra. Ils demandent au gouvernement un engagement écrit avec des compensations pour le secteur.