"Si l'entreprise était une personne, ce serait un jeune adulte de 21 ans et il serait temps de quitter le nid. (...) Nous pensons qu'il est temps d'assumer le rôle de parents fiers, qui offrent des conseils et de l'amour, mais pas une surveillance quotidienne lancinante !", ont écrit les deux fondateurs, qui restent actionnaires et membres du conseil d'administration d'Alphabet.