Une "procédure Renault" a été enclenchée le 18 octobre dernier par la direction du groupe américain Abbott sur les sites belges de l'ancienne division Pharma de Solvay, a appris L'Echo auprès du Setca Bruxelles.

La procédure vise 27 employés sur les 101 que le groupe emploie en Belgique. La plupart des emplois menacés sont situés à Jette et concernent des postes de délégués commerciaux et de cadres.

Mercredi, Abbott a annoncé son intention de clôturer la première phase d'information et de consultation, mais les syndicats ont indiqué qu'ils s'y opposeraient "pour défendre les droits des travailleurs".

Le 21 septembre dernier, le groupe Abbott avait annoncé la suppression de 3.000 emplois suite au rachat de Solvay Pharma, dont au moins 1.000 en Europe.

Trends.be, avec Belga

Une "procédure Renault" a été enclenchée le 18 octobre dernier par la direction du groupe américain Abbott sur les sites belges de l'ancienne division Pharma de Solvay, a appris L'Echo auprès du Setca Bruxelles.La procédure vise 27 employés sur les 101 que le groupe emploie en Belgique. La plupart des emplois menacés sont situés à Jette et concernent des postes de délégués commerciaux et de cadres.Mercredi, Abbott a annoncé son intention de clôturer la première phase d'information et de consultation, mais les syndicats ont indiqué qu'ils s'y opposeraient "pour défendre les droits des travailleurs".Le 21 septembre dernier, le groupe Abbott avait annoncé la suppression de 3.000 emplois suite au rachat de Solvay Pharma, dont au moins 1.000 en Europe.Trends.be, avec Belga