Cela ne signifie pas pour autant que les PME sont rétives au télétravail. "Plus de la moitié continuera en effet à l'appliquer après la crise mais en l'adaptant à leurs réalités, ce que le télétravail obligatoire ne permet que difficilement", explique le SNI.

"Le télétravail obligatoire 4 jours semaines a fortement distendu les liens sociaux entre les travailleurs. N'oublions pas non plus l'effet négatif du télétravail sur le commerce et l'horeca. Il n'y a pratiquement plus personne pour prendre un lunch à midi ou pour faire ses courses après le travail", souligne le SNI.

Le télétravail a par ailleurs une influence qui devient négative sur la productivité des employés pour 63% des employeurs, selon le SNI.

Cela ne signifie pas pour autant que les PME sont rétives au télétravail. "Plus de la moitié continuera en effet à l'appliquer après la crise mais en l'adaptant à leurs réalités, ce que le télétravail obligatoire ne permet que difficilement", explique le SNI. "Le télétravail obligatoire 4 jours semaines a fortement distendu les liens sociaux entre les travailleurs. N'oublions pas non plus l'effet négatif du télétravail sur le commerce et l'horeca. Il n'y a pratiquement plus personne pour prendre un lunch à midi ou pour faire ses courses après le travail", souligne le SNI. Le télétravail a par ailleurs une influence qui devient négative sur la productivité des employés pour 63% des employeurs, selon le SNI.