La commission Infrastructure de la Chambre a demandé aux trois responsables du groupe ferroviaire de détailler leur vision de la structure idéale des chemins de fer belges. "Chaque entité doit disposer de personnel, actifs et possibilités financières propres et doit avoir la capacité de conclure directement des conventions", écrit Luc Lallemand dans son rapport.

Actuellement, la SNCB-Holding détache encore du personnel vers Infrabel et la SNCB et gère le volet ICT (informatique) des deux autres sociétés, selon De Standaard. Le fait que la Holding soit également en charge de la gestion des 37 principales gares du réseau est un handicap, juge également M. Lallemand. De son côté, Marc Descheemaecker avait déjà souligné dans sa missive à la commission Infrastructure que la plupart des sociétés ferroviaires avaient adopté le modèle de la séparation en deux entreprises, ou semblaient prêtes à le faire.

Quant à Jannie Haek, l'administrateur délégué de la SNCB-Holding, il regrette l'absence de hiérarchie entre les trois administrateurs délégués. Il estime aussi qu'Infrabel et la SNCB doivent collaborer plus étroitement. "Il ne doit pas s'agir de mes trains et de mes voies mais de nos chemins de fer", déclare M. Haek dans le colonnes du journal flamand.

Le ministre en charge des Entreprises publiques, Paul Magnette, doit, en principe, présenter, dans le courant du mois de juin, ses propositions relatives à une nouvelle structure du groupe SNCB.

La commission Infrastructure de la Chambre a demandé aux trois responsables du groupe ferroviaire de détailler leur vision de la structure idéale des chemins de fer belges. "Chaque entité doit disposer de personnel, actifs et possibilités financières propres et doit avoir la capacité de conclure directement des conventions", écrit Luc Lallemand dans son rapport. Actuellement, la SNCB-Holding détache encore du personnel vers Infrabel et la SNCB et gère le volet ICT (informatique) des deux autres sociétés, selon De Standaard. Le fait que la Holding soit également en charge de la gestion des 37 principales gares du réseau est un handicap, juge également M. Lallemand. De son côté, Marc Descheemaecker avait déjà souligné dans sa missive à la commission Infrastructure que la plupart des sociétés ferroviaires avaient adopté le modèle de la séparation en deux entreprises, ou semblaient prêtes à le faire. Quant à Jannie Haek, l'administrateur délégué de la SNCB-Holding, il regrette l'absence de hiérarchie entre les trois administrateurs délégués. Il estime aussi qu'Infrabel et la SNCB doivent collaborer plus étroitement. "Il ne doit pas s'agir de mes trains et de mes voies mais de nos chemins de fer", déclare M. Haek dans le colonnes du journal flamand. Le ministre en charge des Entreprises publiques, Paul Magnette, doit, en principe, présenter, dans le courant du mois de juin, ses propositions relatives à une nouvelle structure du groupe SNCB.