La SNCB comptait mi-2012 en moyenne 35.180 personnes à son service, contre 34.651 fin juin 2013, selon le rapport semestriel de la SNCB-Holding. Ces réductions de personnel ont surtout touché l'administration et le service d'entretien de l'infrastructure ferroviaire.

Ces baisses posent question aux syndicats. Selon Jean-Pierre Goossens du syndicat ferroviaire socialiste, la baisse du personnel d'entretien s'accompagne d'un ralentissement de l'entretien de l'infrastructure, ce qui augmente le risque de pannes.

Le manque de personnel au sein du service en charge des pensions rend également plus difficile le traitement dans les temps des dossiers des travailleurs qui partent à la pension.

La SNCB comptait mi-2012 en moyenne 35.180 personnes à son service, contre 34.651 fin juin 2013, selon le rapport semestriel de la SNCB-Holding. Ces réductions de personnel ont surtout touché l'administration et le service d'entretien de l'infrastructure ferroviaire. Ces baisses posent question aux syndicats. Selon Jean-Pierre Goossens du syndicat ferroviaire socialiste, la baisse du personnel d'entretien s'accompagne d'un ralentissement de l'entretien de l'infrastructure, ce qui augmente le risque de pannes. Le manque de personnel au sein du service en charge des pensions rend également plus difficile le traitement dans les temps des dossiers des travailleurs qui partent à la pension.