L'appel à débrayer fait suite à l'échec des négociations relatives au nouvel accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020. Les représentants des travailleurs dénoncent la limitation à 0,8% de la marge d'augmentation salariale pour les deux années à venir. Selon Van Erdegehem, le mot d'ordre a été massivement suivi par les travailleurs.

"Dans la plupart des entreprises métallurgiques ou textiles en grève, soit environ 600, la production est complètement à l'arrêt." Les actions se passent dans la bonne humeur, affirme le président. "Beaucoup de directions comprennent, elles savent que les gens travaillent dur. Ces actions ne sont pas menées contre les entreprises, mais contre les organisations patronales et le gouvernement." Pour Van Erdegehem, la grève doit être un signal pour que les revendications des travailleurs soient prises en considération. En bref, les salaires doivent pouvoir augmenter de plus de 0,8% hors indexation dans les deux ans.