L'Observatoire des prix du SPF Economie avait déjà établi le constat en mars: les consommateurs belges paient 10 à 20% plus cher les produits des supermarchés que dans les pays voisins. Un phénomène lié aux coûts salariaux plus élevés en Belgique, aux régimes de TVA et accises moins intéressants, mais aussi aux fameux RTO.

"Il existe des obstacles organisés par les fournisseurs afin de décourager l'importation venant d'autres pays et afin de pouvoir ainsi pratiquer des prix plus élevés", explique Kris Peeters, ministre de l'Economie (CD&V), cité par La Libre. Sur l'ensemble des commerces interrogés, 88% déclarent être confrontées aux RTO, liés à des rapports de force souvent unilatéraux entre les commerçants et les entreprises qui les approvisionnent.

Tous les secteurs sont visés, avec pour conséquence des prix plus élevés, une gamme plus limitée et des marges bénéficiaires plus faibles (pour 71% des sondés). "Le phénomène est important, surtout pour les petits commerçants qui peuvent difficilement rivaliser avec des groupes de taille mondiale", souligne la fédération du commerce Comeos.

Kris Peeters affirme avoir transmis les résultats de l'étude à la Commission européenne et estime qu'il faut "trouver des solutions".

Belga