Ryanair a annulé 600 vols, mercredi et jeudi, en raison d'une grève du personnel de cabine en Belgique, Portugal, Espagne et Italie. Quelque 50.000 passagers ont été touchés par ces actions. Ryanair estime qu'aucune compensation ne doit être payée "quand un syndicat agit déraisonnablement et totalement en dehors du contrôle de l'entreprise".

Mais, "outre le choix entre un vol alternatif ou un remboursement de leur billet, les passagers ont droit à une indemnisation forfaitaire allant de 250 à 600 euros en fonction de la distance qui devait être parcourue par le vol", rappelle Test-Achats.

Les exceptions sont les cas de force majeure comme des circonstances météorologiques difficiles ou un attentat terroriste. L'organisation encourage les passagers à exiger cette indemnisation. Pour y avoir droit, les passagers lésés doivent impérativement la réclamer auprès de la compagnie aérienne. Test-Achats annonce qu'elle introduira des actions judiciaires pour les passagers dont les droits n'auraient pas été respectés. "L'analyse de la procédure la plus appropriée est d'ores et déjà en cours."

Ryanair a annulé 600 vols, mercredi et jeudi, en raison d'une grève du personnel de cabine en Belgique, Portugal, Espagne et Italie. Quelque 50.000 passagers ont été touchés par ces actions. Ryanair estime qu'aucune compensation ne doit être payée "quand un syndicat agit déraisonnablement et totalement en dehors du contrôle de l'entreprise". Mais, "outre le choix entre un vol alternatif ou un remboursement de leur billet, les passagers ont droit à une indemnisation forfaitaire allant de 250 à 600 euros en fonction de la distance qui devait être parcourue par le vol", rappelle Test-Achats. Les exceptions sont les cas de force majeure comme des circonstances météorologiques difficiles ou un attentat terroriste. L'organisation encourage les passagers à exiger cette indemnisation. Pour y avoir droit, les passagers lésés doivent impérativement la réclamer auprès de la compagnie aérienne. Test-Achats annonce qu'elle introduira des actions judiciaires pour les passagers dont les droits n'auraient pas été respectés. "L'analyse de la procédure la plus appropriée est d'ores et déjà en cours."