Le préavis concerne également les pilotes, même si le syndicat de pilotes Anpac avait pour sa part évoqué "une approche positive" après une première réunion mardi avec la direction de cette compagnie à bas coût. La direction avait évoqué la possibilité d'un accord avant la fin janvier avec l'Anpac.

Mais cela ne suffit pas aux yeux de trois aurtes syndicats, qui ont réclamé mercredi "des négociations sérieuses", sur les salaires, les contrats et les garanties "de toutes les catégories de personnel".

Ryanair a connu le 22 décembre en Allemagne son premier mouvement de grève, qui a entraîné des retards mais pas d'annulation de vol et a été "largement ignoré" par le personnel selon la direction.

Ryanair a amorcé un virage fin décembre en commençant à reconnaître des syndicats, face à la menace de grèves historiques de ses pilotes en Italie, en Irlande et au Portugal.

Ces menaces avaient accentué la pression sur Ryanair, déjà mise à mal par une série d'annulations de vols depuis septembre, imputées par la direction à une erreur de gestion des plannings de vacances pour les pilotes.

L'épisode a révélé un malaise d'une partie des pilotes qui ont intensifié depuis leurs revendications sur les conditions de travail et le dialogue social, sur fond de départs vers d'autres compagnies.