La nouvelle SNCB, en activité depuis le 1er janvier 2014, semble ainsi être installée sur la voie du redressement. En juin 2013, son excédent brut d'exploitation était également en négatif, mais à hauteur de 12 millions. Ses dirigeants avaient budgété un résultat négatif bien plus important pour la période de janvier à juin 2014.

Cette performance s'explique notamment par une réduction des charges, dans la mesure où l'effectif inscrit au budget était de 20.458 travailleurs équivalents temps-plein à fin juin 2014 mais est en définitive de 20.238 cheminots. Les coûts du personnel s'élèvent à 614 millions d'euros au premier semestre de cette année.

La nouvelle SNCB, en activité depuis le 1er janvier 2014, semble ainsi être installée sur la voie du redressement. En juin 2013, son excédent brut d'exploitation était également en négatif, mais à hauteur de 12 millions. Ses dirigeants avaient budgété un résultat négatif bien plus important pour la période de janvier à juin 2014. Cette performance s'explique notamment par une réduction des charges, dans la mesure où l'effectif inscrit au budget était de 20.458 travailleurs équivalents temps-plein à fin juin 2014 mais est en définitive de 20.238 cheminots. Les coûts du personnel s'élèvent à 614 millions d'euros au premier semestre de cette année.