De 5.000 en 2008 au lancement de l'ASBL, le lavage annuel est passé à 3 millions en 2016. " Nous proposons essentiellement un service de location : personnalisation et livraison des gobelets au client avant le lavage, qui correspond à 90 % du job ", reprend Jean-Gérald Pahaut. Avec l'agrandissement de Rekwup, il a fallu investi...

De 5.000 en 2008 au lancement de l'ASBL, le lavage annuel est passé à 3 millions en 2016. " Nous proposons essentiellement un service de location : personnalisation et livraison des gobelets au client avant le lavage, qui correspond à 90 % du job ", reprend Jean-Gérald Pahaut. Avec l'agrandissement de Rekwup, il a fallu investir dans une machine capable de laver des kilos de gobelets en plastique. " On possède un lave-vaisselle de 9 m dans lequel l'eau claire arrive au rinçage final et déborde sur les premières phases du lavage. On commence donc à nettoyer le verre avec de l'eau récupérée. " Le résultat est écologiquement intéressant : moins de 5 cl d'eau sont utilisés par gobelet. Si Jean-Gérald Pahaut a bien entendu fait fonctionner son réseau musical pour proposer les services de Rekwup à des festivals, d'autres secteurs s'intéressent de plus en plus au gobelet réutilisable, comme le milieu estudiantin et les entreprises... " pour enfin enlever les verres jetables des machines à café ". Pour être sûr de récupérer son bien à chaque location, Rekwup place une caution sur ses gobelets et a trouvé la parade pour ceux qui étaient du coup moins emballés pour payer la tournée générale en soirée : la cruche. Actuellement, l'avenir est au beau fixe pour cette entreprise de Ciney qui sent une prise de conscience générale pour l'objet écologique, même si l'avantage économique du gobelet jetable offre toujours une concurrence rude. " Ce qui n'est pas bon pour l'environnement n'est malheureusement pas payé au prix de son impact... " Par Émilien Hofman.