Au niveau mondial, quasiment tous les médias seront en recul en 2020. Les plus touchés sont le cinéma (-46%), l'affichage (-27%) et la presse (-25%). Seuls sont en croissance les réseaux sociaux (9%) et la vidéo en ligne (+8%). Les secteurs qui ont le plus désinvesti sont le tourisme (-34%) et l'automobile (-21%).

Par région, les États-Unis enregistrent la moins forte baisse (-4%) grâce à l'élection présidentielle. L'Europe se situe au milieu avec un recul attendu de plus de 14%.

En Belgique, ce sont également le cinéma (-62%) et l'affichage (-34%) qui souffrent le plus. La presse chute d'environ 25%, comme la télévision (-21%) et la radio (-19%). Seule la pub sur mobile sera en croissance (+4,3%).

Pour 2021, Warc table sur un rebond de près de 7% au niveau mondial, de 10% en Europe et de plus de 9% en Belgique. "Le marché se raccroche à l'espoir d'une vaccination rapide qui permettrait de relancer l'activité économique et par ricochet, la pub, mais aussi aux grands évènements sportifs reportés à 2021 comme l'Euro de foot et les JO", analyse Bernard Cools, partenaire de Warc. "Pour revenir au niveau de l'an dernier il faudra sans doute attendre deux à trois ans."

Au niveau mondial, quasiment tous les médias seront en recul en 2020. Les plus touchés sont le cinéma (-46%), l'affichage (-27%) et la presse (-25%). Seuls sont en croissance les réseaux sociaux (9%) et la vidéo en ligne (+8%). Les secteurs qui ont le plus désinvesti sont le tourisme (-34%) et l'automobile (-21%). Par région, les États-Unis enregistrent la moins forte baisse (-4%) grâce à l'élection présidentielle. L'Europe se situe au milieu avec un recul attendu de plus de 14%. En Belgique, ce sont également le cinéma (-62%) et l'affichage (-34%) qui souffrent le plus. La presse chute d'environ 25%, comme la télévision (-21%) et la radio (-19%). Seule la pub sur mobile sera en croissance (+4,3%). Pour 2021, Warc table sur un rebond de près de 7% au niveau mondial, de 10% en Europe et de plus de 9% en Belgique. "Le marché se raccroche à l'espoir d'une vaccination rapide qui permettrait de relancer l'activité économique et par ricochet, la pub, mais aussi aux grands évènements sportifs reportés à 2021 comme l'Euro de foot et les JO", analyse Bernard Cools, partenaire de Warc. "Pour revenir au niveau de l'an dernier il faudra sans doute attendre deux à trois ans."