Depuis sa privatisation, l'aéroport national a investi environ un demi-milliard d'euros dans son infrastructure. Dans les huit à 10 ans qui viennent, Brussels Airport pourrait investir un milliard de plus dans ce domaine, selon son CEO.

Celui-ci souligne que les investissements constituent un signal important adressé au monde politique. "Directement et indirectement, nous offrons aujourd'hui un emploi à quelque 60.000 personnes. Lors de la prochaine décennie, 10.000 emplois supplémentaires pourraient s'y ajouter. L'aéroport peut donc proposer une réponse au chômage important qui touche Bruxelles."

Après plusieurs années de crise, M. Feist se réjouit que l'aéroport ait enregistré une croissance dans l'ensemble de ses segments.

Brussels Airport a déjà accueilli 21,6 millions de passagers en 2014. En 2002, après la débâcle de la Sabena et les attentats du 11 septembre notamment, ce chiffre était tombé à 14,4 millions.

Depuis sa privatisation, l'aéroport national a investi environ un demi-milliard d'euros dans son infrastructure. Dans les huit à 10 ans qui viennent, Brussels Airport pourrait investir un milliard de plus dans ce domaine, selon son CEO.Celui-ci souligne que les investissements constituent un signal important adressé au monde politique. "Directement et indirectement, nous offrons aujourd'hui un emploi à quelque 60.000 personnes. Lors de la prochaine décennie, 10.000 emplois supplémentaires pourraient s'y ajouter. L'aéroport peut donc proposer une réponse au chômage important qui touche Bruxelles."Après plusieurs années de crise, M. Feist se réjouit que l'aéroport ait enregistré une croissance dans l'ensemble de ses segments.Brussels Airport a déjà accueilli 21,6 millions de passagers en 2014. En 2002, après la débâcle de la Sabena et les attentats du 11 septembre notamment, ce chiffre était tombé à 14,4 millions.