Le vivier de femmes compétentes est trop restreint, entendait-on lorsque le gouvernement fédéral a élaboré en 2011 une loi qui impose qu'un tiers au moins des membres du conseil d'administration des sociétés cotées soit de sexe différent des autres membres. Les femmes deviendront des faire-valoir, disait-on également. Aujourd'hui, il apparait que ces craintes n'étaient pas fondées, d'après une étude de l'Universiteit Hasselt.

Les sociétés cotées doivent chaque année faire rapport sur les efforts qu'elles consentent pour atteindre le quota fixé dans la loi. Ce quota lui-même entrera en vigueur en 2017 ou 2019 selon la taille de l'entreprise.

Le vivier de femmes compétentes est trop restreint, entendait-on lorsque le gouvernement fédéral a élaboré en 2011 une loi qui impose qu'un tiers au moins des membres du conseil d'administration des sociétés cotées soit de sexe différent des autres membres. Les femmes deviendront des faire-valoir, disait-on également. Aujourd'hui, il apparait que ces craintes n'étaient pas fondées, d'après une étude de l'Universiteit Hasselt.Les sociétés cotées doivent chaque année faire rapport sur les efforts qu'elles consentent pour atteindre le quota fixé dans la loi. Ce quota lui-même entrera en vigueur en 2017 ou 2019 selon la taille de l'entreprise.