Né en 1948 à Liège, ce licencié en administration des affaires de l'Université de Liège entre à la FN Herstal en 1979 après être passé par la Générale de Belgique. Il y atteindra le poste de directeur financier, avant de devenir directeur général adjoint chez Cockerill-Sambre en 1994, aux côtés de Jean Gandois et Philippe Delaunois. Cinq ans plus tard, il...

Né en 1948 à Liège, ce licencié en administration des affaires de l'Université de Liège entre à la FN Herstal en 1979 après être passé par la Générale de Belgique. Il y atteindra le poste de directeur financier, avant de devenir directeur général adjoint chez Cockerill-Sambre en 1994, aux côtés de Jean Gandois et Philippe Delaunois. Cinq ans plus tard, il devient directeur financier et membre du comité exécutif d'Usinor. Et en 2005, il reprend le groupe industriel liégeois CMI avec Bernard Serin. Un groupe que les deux hommes codirigeront jusqu'à fin 2015. Pierre Meyers siégeait déjà chez Nethys comme administrateur indépendant, aux côtés de Philippe Delaunois. L'homme est un proche de Stéphane Moreau. En janvier dernier, il faisait d'ailleurs partie des trois administrateurs indépendants qui avaient dénoncé en choeur " le bashing actuel " dont était victime, d'après eux, la société Nethys. Ils défendaient aussi les rémunérations octroyées à des personnes " à la hauteur de leur responsabilité d'administrateur et dont le montant a été fixé par des experts extérieurs après une étude de marché minutieuse ". En début de semaine, Le Soir rappelait la présence de Pierre Meyers dans les Panama Papers, cette fuite de documents confidentiels issus du cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, détaillant des informations sur plus de 214.000 sociétés offshore ainsi que les noms des actionnaires de ces sociétés. Pierre Meyers est pointé dans ces leaks comme mandataire de CMI Overseas Limited, une discrète filiale de CMI logée dans un premier temps sur l'île de Niue, et ensuite aux Bahamas.