Les avantages salariaux les plus fréquemment accordés en Belgique dans le secteur privé sont le deuxième pilier de pension (80%) et les titres-repas (70%). Viennent ensuite les éco-chèques et l'intervention patronale dans les déplacements en voiture privée entre le domicile et le lieu de travail, qui concernent tous deux la moitié des travailleurs, selon une étude réalisée par SD Worx, l'Antwerp Management School et l'Office national de Sécurité social (ONSS) à la demande de ce dernier.

L'étude porte sur des données de 2019 et 2020 liées à un échantillon de plus de 600.000 travailleurs en Belgique, soit environ 25% de la population salariée totale du secteur privé. D'autres avantages sont également régulièrement octroyés aux travailleurs: téléphone et internet (24% des travailleurs, pour un montant annuel moyen de 122 euros), avantages non récurrents liés aux résultats (CCT 90, 22% des travailleurs, pour en moyenne 1.166 euros), voiture de société (20%, pour un montant en moyenne de 1.800 euros) ou encore indemnité vélo (13% des travailleurs pour un montant de 400 euros en moyenne par an).

La valeur de tous les avantages estimée à 10 milliards d'euros

De manière plus anecdotique, 7% des travailleurs bénéficient d'un chèque sport et culture et (chèques-)cadeaux, pour un montant moyen de 55 euros, 5% d'une intervention de l'employeur pour les trajets domicile-travail en transports publics (455 euros), 3% d'une prime de bénéfices (1.250 euros) et 2% d'allocations familiales complémentaires (575 euros).

Au total, la valeur de tous les avantages est estimée à 10 milliards d'euros, dont les plus importants sont le deuxième pilier de pension (environ 4,5 milliards d'euros), les titres-repas (2,3 milliards d'euros), les options sur actions (1,2 milliard d'euros) et l'usage privé d'une voiture de société. L'avantage en nature pour les voitures de société est estimé à un milliard d'euros.

Les avantages salariaux les plus fréquemment accordés en Belgique dans le secteur privé sont le deuxième pilier de pension (80%) et les titres-repas (70%). Viennent ensuite les éco-chèques et l'intervention patronale dans les déplacements en voiture privée entre le domicile et le lieu de travail, qui concernent tous deux la moitié des travailleurs, selon une étude réalisée par SD Worx, l'Antwerp Management School et l'Office national de Sécurité social (ONSS) à la demande de ce dernier. L'étude porte sur des données de 2019 et 2020 liées à un échantillon de plus de 600.000 travailleurs en Belgique, soit environ 25% de la population salariée totale du secteur privé. D'autres avantages sont également régulièrement octroyés aux travailleurs: téléphone et internet (24% des travailleurs, pour un montant annuel moyen de 122 euros), avantages non récurrents liés aux résultats (CCT 90, 22% des travailleurs, pour en moyenne 1.166 euros), voiture de société (20%, pour un montant en moyenne de 1.800 euros) ou encore indemnité vélo (13% des travailleurs pour un montant de 400 euros en moyenne par an).De manière plus anecdotique, 7% des travailleurs bénéficient d'un chèque sport et culture et (chèques-)cadeaux, pour un montant moyen de 55 euros, 5% d'une intervention de l'employeur pour les trajets domicile-travail en transports publics (455 euros), 3% d'une prime de bénéfices (1.250 euros) et 2% d'allocations familiales complémentaires (575 euros). Au total, la valeur de tous les avantages est estimée à 10 milliards d'euros, dont les plus importants sont le deuxième pilier de pension (environ 4,5 milliards d'euros), les titres-repas (2,3 milliards d'euros), les options sur actions (1,2 milliard d'euros) et l'usage privé d'une voiture de société. L'avantage en nature pour les voitures de société est estimé à un milliard d'euros.