Selon un rapport du Martin Prosperity Institute, les cinq plus importants secteurs aux États-Unis reçoivent 76,3% de tous les investissements par capital à risque (venture capital), ce qui correspond à un montant total de 25 milliards de dollars.

© Vous trouverez plus de statistiques sur Statista

Le plus gros du gâteau offert par les 'capital-risqueurs', c'est le secteur du software qui le perçoit, dans la foulée des grandes success-stories mondialement connues, soit 36,2% (presque 12 milliards de dollars) de tous les investissements en 2015. La biotechnologie vient en deuxième place avec 17,3% ou 5,7 milliards de dollars, alors que l'industrie des médias et de l'entertainment clôture le top trois avec 9,5% (3,2 milliards de dollars).

Toutefois, malgré toutes les success-stories, mieux vaut ne pas être trop optimiste si vous avez une brillante nouvelle idée en tant que développeur de logiciel. Tenant compte des grands risques auxquels sont exposées les ventures émergentes, les 'capital-risqueurs' sont particulièrement difficiles. Seuls 1 ou 2 business plans sur 100 soumis à leur analyse sont financés par eux.