D'importantes négociations ont été menées jeudi au sein de Skeyes, portant notamment sur le congé parental, permettant d'écarter pour le moment la possibilité d'une grève. Mais selon Het Laatste Nieuws, les troubles n'ont pas disparu pour autant, au vu de ces procédures lancées par plusieurs travailleurs. Et ces problèmes se répercutent sur la sécurité aérienne en Belgique, ajoute le quotidien.

Dans un document interne de 2017, l'entreprise admet que des prestations de 12 jours consécutifs ne sont pas souhaitables et peuvent avoir un impact sur la sécurité. Il avait alors été décidé de se limiter à maximum six prestations consécutives. Mais sur les horaires de travail actuels, rien n'a changé, selon Het Laatste Nieuws.

D'importantes négociations ont été menées jeudi au sein de Skeyes, portant notamment sur le congé parental, permettant d'écarter pour le moment la possibilité d'une grève. Mais selon Het Laatste Nieuws, les troubles n'ont pas disparu pour autant, au vu de ces procédures lancées par plusieurs travailleurs. Et ces problèmes se répercutent sur la sécurité aérienne en Belgique, ajoute le quotidien. Dans un document interne de 2017, l'entreprise admet que des prestations de 12 jours consécutifs ne sont pas souhaitables et peuvent avoir un impact sur la sécurité. Il avait alors été décidé de se limiter à maximum six prestations consécutives. Mais sur les horaires de travail actuels, rien n'a changé, selon Het Laatste Nieuws.