Connecter la recherche académique et la recherche industrielle, c'est le défi que relèvent l'UCLouvain, le producteur de biomédicaments Eurogentec (Liège) et sa maison-mère japonaise Kaneka. Ils viennent de lancer un groupe de recherche commun, avec la ferme intention de "booster l'innovation autour des biomédicaments". Leur partenariat est conclu pour une durée de trois ans.

Les biomédicaments sont des médicaments produits, non pas à partir de molécules chimiques, mais d'organismes vivants, essentiellement les levures ou les bactéries. Ces organismes sont "reprogrammés" en laboratoire afin d'intensifier leurs effets thérapeutiques. Cette évolution ouvre de nouvelles perspectives à des pans entiers de la médecine et c'est là que le partenariat entre les équipes du professeur Jean-François Collet (institut de Duve de l'UCLouvain), spécialiste reconnu du fonctionnement des bactéries, et celles d'Eurogentec et Kaneka, dans le top mondical des producteurs de biomédicaments, peut s'avérer très intéressant. La combinaison des approches de chercheurs académiques et industriels pourrait accélérer la concrétisation d'une série de projets innovants.

"On pourrait comparer Kaneka Eurogentec à une écurie de Formule 1, explique Jean-François Collet. Elle possède déjà de très bonnes voitures et pour rester au top, elle compte sur l'équipe d'ingénieurs qui essaie d'optimiser leurs performances. Si l'on transpose aux bactéries : Eurogentec est producteur mondial de protéines et l'UCLouvain apportera son expertise pour les modifier et les rendre encore plus performantes, et ainsi, déboucher sur des biomédicaments plus efficaces." "C'est un bel exemple de transfert de technologie 'win-win', ajoute Philippe Durieux, CEO de la Sopartec, la société de transfert de technologie et d'investissement de l'UCLouvain. Ce partenariat est bénéfique à la fois pour les scientifiques et le laboratoire UCLouvain, pour l'entreprise et l'économie régionale."

Connecter la recherche académique et la recherche industrielle, c'est le défi que relèvent l'UCLouvain, le producteur de biomédicaments Eurogentec (Liège) et sa maison-mère japonaise Kaneka. Ils viennent de lancer un groupe de recherche commun, avec la ferme intention de "booster l'innovation autour des biomédicaments". Leur partenariat est conclu pour une durée de trois ans. Les biomédicaments sont des médicaments produits, non pas à partir de molécules chimiques, mais d'organismes vivants, essentiellement les levures ou les bactéries. Ces organismes sont "reprogrammés" en laboratoire afin d'intensifier leurs effets thérapeutiques. Cette évolution ouvre de nouvelles perspectives à des pans entiers de la médecine et c'est là que le partenariat entre les équipes du professeur Jean-François Collet (institut de Duve de l'UCLouvain), spécialiste reconnu du fonctionnement des bactéries, et celles d'Eurogentec et Kaneka, dans le top mondical des producteurs de biomédicaments, peut s'avérer très intéressant. La combinaison des approches de chercheurs académiques et industriels pourrait accélérer la concrétisation d'une série de projets innovants."On pourrait comparer Kaneka Eurogentec à une écurie de Formule 1, explique Jean-François Collet. Elle possède déjà de très bonnes voitures et pour rester au top, elle compte sur l'équipe d'ingénieurs qui essaie d'optimiser leurs performances. Si l'on transpose aux bactéries : Eurogentec est producteur mondial de protéines et l'UCLouvain apportera son expertise pour les modifier et les rendre encore plus performantes, et ainsi, déboucher sur des biomédicaments plus efficaces." "C'est un bel exemple de transfert de technologie 'win-win', ajoute Philippe Durieux, CEO de la Sopartec, la société de transfert de technologie et d'investissement de l'UCLouvain. Ce partenariat est bénéfique à la fois pour les scientifiques et le laboratoire UCLouvain, pour l'entreprise et l'économie régionale."