Amazon a les dents longues. L'entreprise américaine s'invite sur le marché de la télévision linéaire, avec une nouvelle offre européenne. Lancé dans un premier temps en Allemagne et en Grande- Bretagne, les deux principaux marchés d'Amazon sur notre continent, ce service pourrait rapidement s'inviter chez nous. Concrètement, le géant du Net propose une cinquantaine de chaînes payantes (chacune pour quelques euros par mois), qui couvrent des thématiques aussi variées que l'automobile, le yoga, la gastronomie, les courses hippiques, la télé-ré...

Amazon a les dents longues. L'entreprise américaine s'invite sur le marché de la télévision linéaire, avec une nouvelle offre européenne. Lancé dans un premier temps en Allemagne et en Grande- Bretagne, les deux principaux marchés d'Amazon sur notre continent, ce service pourrait rapidement s'inviter chez nous. Concrètement, le géant du Net propose une cinquantaine de chaînes payantes (chacune pour quelques euros par mois), qui couvrent des thématiques aussi variées que l'automobile, le yoga, la gastronomie, les courses hippiques, la télé-réalité ou les films de Bollywood. Ces chaînes sont produites par de grands groupes médias comme ITV et Discovery, qui a notamment glissé Eurosport dans cette nouvelle offre. Conformément à sa stratégie globale, Amazon réserve ce catalogue de chaînes à ses abonnés Premium, qui déboursent en Belgique 50 euros par an pour accéder à certains services exclusifs du champion de l'e-commerce : livraison gratuite et rapide sur une grande partie de l'assortiment, accès à des livres numériques gratuits, stockage illimité de photos, etc. Cette offre de télévision linéaire complète surtout le service de vidéo à la demande Amazon Prime Video, qui a débarqué en Belgique fin 2016. L'entreprise américaine se profile en effet désormais comme le principal concurrent de Netflix avec sa plateforme de streaming, dans laquelle elle investit énormément d'argent. En 2017, Amazon déboursera plus de 4 milliards de dollars pour produire des films et des séries exclusives pour ses abonnés Premium. En proposant un catalogue de chaînes thématiques, le géant du Net marche clairement sur les plates-bandes de la télévision payante. Amazon ne propose cependant pas encore une offre généraliste comme BeTV ou Canal Plus. Le contenu présenté (excepté Eurosport) vise plutôt des publics de niche, et se rapproche des bouquets thématiques ciblés sur le sport ou les programmes pour enfants, vendus à titre de complément par les opérateurs télécoms. Cette proposition d'Amazon pourrait séduire des consommateurs déçus par l'offre télévisuelle actuellement disponible sur la télédistribution " classique ", et qui préféreraient picorer du contenu directement lié à leurs centres d'intérêt. Cette nouvelle offensive d'Amazon confirme que les géants du Web sont de plus en plus friands de contenu vidéo. Le succès croissant de plateformes comme Netflix menace directement l'écosystème du cinéma, comme l'a confirmé l'accueil glacial réservé à Cannes aux films produits par le champion du streaming vidéo. En distribuant des chaînes payantes depuis Internet, ces mêmes acteurs pourraient bousculer l'écosystème de la télévision, traditionnellement basé sur un partenariat entre opérateurs télécoms et chaînes de TV.