Le quotidien évoque "une sorte d'union sacrée" en vue de "prendre la lutte contre le piratage à bras-le-corps".

L'entente entre la Belgian Entertainment Association (BEA), d'un côté, et Proximus, Telenet et VOO (Nethys et Brutélé), de l'autre, a pris forme mercredi devant le tribunal de commerce francophone de Bruxelles.

La BEA avait assigné les fournisseurs d'accès en justice il y a un an. Pour éviter une procédure longue et complexe, les parties se sont rapprochées et entendues pour soumettre au juge des cessations une liste de sites à faire interdire. L'intention des parties est de démontrer qu'il y a moyen de mettre fin à la piraterie virtuelle en s'appuyant sur le droit. L'affaire a été prise en délibéré, le jugement sera rendu dans le mois.

Le quotidien évoque "une sorte d'union sacrée" en vue de "prendre la lutte contre le piratage à bras-le-corps".L'entente entre la Belgian Entertainment Association (BEA), d'un côté, et Proximus, Telenet et VOO (Nethys et Brutélé), de l'autre, a pris forme mercredi devant le tribunal de commerce francophone de Bruxelles. La BEA avait assigné les fournisseurs d'accès en justice il y a un an. Pour éviter une procédure longue et complexe, les parties se sont rapprochées et entendues pour soumettre au juge des cessations une liste de sites à faire interdire. L'intention des parties est de démontrer qu'il y a moyen de mettre fin à la piraterie virtuelle en s'appuyant sur le droit. L'affaire a été prise en délibéré, le jugement sera rendu dans le mois.