Les quatre régulateurs (l'IBPT, le CSA, le Medienrat et le VRM) ont décidé vendredi, réunis au sein de la Conférence des régulateurs (CRC), que Proximus devait ouvrir son réseau de fibre optique aux autres opérateurs, afin de contrer le problème de concurrence au sein du secteur télécom belge.

En attente de détails

"Pour l'instant, cela ne change pas grand-chose pour nous", a souligné M. Van Den Meersche lundi, à l'occasion de la connexion d'un bâtiment à Anvers à ce réseau plus rapide. "Nous attendons de plus amples détails de la part de l'IBPT." M. Van Den Meersche ajoute qu'actuellement, deux opérateurs - EDPnet et Destiny - ont déjà accès à la fibre optique de Proximus, dans laquelle l'entreprise télécom investit trois milliards d'euros sur 10 ans.

Orange, qui a déjà appelé à une coopération en 2017 sur la fibre optique, n'y a pour l'instant pas accès. L'entreprise s'est dite satisfaite de la décision prise par la CRC, qui permettra d'aiguiser la concurrence dans l'intérêt du consommateur, selon Orange.

"Les futures conditions financières constituent une étape importante vers une offre durable pour internet et la télévision, avec la possibilité de lancer une offre avec uniquement internet après un certain temps." En 2017, la CEO de Proximus, Dominique Leroy, avait prévenu que l'investissement dans la fibre optique ne pourrait continuer si la réglementation changeait trop fortement.