Proximus cherche à conserver une participation de 49% dans BICS "car elle s'engage à assurer son développement futur", selon l'opérateur de télécommunications.

Celui-ci ajoute que des discussions sont en cours avec des investisseurs potentiels, mais qu'il n'est pas certain qu'elles déboucheront sur un accord ou une transaction.

D'après L'Echo, Proximus, qui possède l'un des réseaux de fibre optique les moins développés d'Europe, désire accélérer le déploiement de sa fibre optique, une opération qui nécessiterait des liquidités à hauteur de 1,3 milliard d'euros par année d'investissement.

L'actionnaire Swisscom a par ailleurs indiqué à l'agence de presse suisse ATS envisager de céder sa participation de 22,4% dans le cadre de cette opération. L'entreprise suisse souligne toutefois aussi que les discussions engagées avec de potentiels acheteurs n'ont pour l'heure débouché sur aucun accord.

Proximus cherche à conserver une participation de 49% dans BICS "car elle s'engage à assurer son développement futur", selon l'opérateur de télécommunications. Celui-ci ajoute que des discussions sont en cours avec des investisseurs potentiels, mais qu'il n'est pas certain qu'elles déboucheront sur un accord ou une transaction. D'après L'Echo, Proximus, qui possède l'un des réseaux de fibre optique les moins développés d'Europe, désire accélérer le déploiement de sa fibre optique, une opération qui nécessiterait des liquidités à hauteur de 1,3 milliard d'euros par année d'investissement. L'actionnaire Swisscom a par ailleurs indiqué à l'agence de presse suisse ATS envisager de céder sa participation de 22,4% dans le cadre de cette opération. L'entreprise suisse souligne toutefois aussi que les discussions engagées avec de potentiels acheteurs n'ont pour l'heure débouché sur aucun accord.