Une hausse importante des salaires de 25% a été négociée pour le personnel le moins bien payé. "Ce qui leur permet de respecter les salaires minimums du secteur de l'aviation, mettant fin au dumping social exercé par la compagnie low-cost", commente le syndicat chrétien, qui ne souhaite pas s'épancher davantage sur le contenu du préaccord. Le reste du personnel de cabine voit également ses salaires augmenter, avec une hausse en moyenne de 8%.

Le résultat de ces négociations sera présenté aux travailleurs la semaine prochaine et ensuite soumis au vote. Les résultats sont attendus pour le 3 juin. Si le vote est positif, le protocole sera transformé en CCT, "la plus importante de l'histoire de Ryanair en Belgique", selon la CNE, qui qualifierait alors cela d'"avancée sociale majeure". Il n'est toutefois pas certain que ce préaccord reçoive un accueil enthousisaste de la part du personnel étant donné le passif désastreux en matière de relations sociales, prévient le syndicat chrétien.

En 2018, la compagnie irlandaise avait été paralysée à plusieurs reprises par des grèves de ses pilotes ou de son personnel de cabine, ce qui l'avait poussée à ouvrir des négociations avec les syndicats. En Belgique, il avait finalement été convenu en octobre dernier qu'elle applique le droit belge à ses travailleurs à partir de janvier 2019. Une convention collective de travail avait déjà été conclue pour les pilotes. Les négociations pour le personnel de cabine, elles, ont finalement abouti ce mercredi.