Le front commun syndical de la compagnie aérienne cargo ASL Airlines, active à l'aéroport de Bierset, a déposé un préavis de grève, a-t-il fait savoir mercredi soir. Des actions pourraient avoir lieu dès la semaine prochaine.

"Les équipages de vol cargo ont été mis sous pression tant au niveau commercial par une augmentation du nombre de vols, qu'au niveau des conditions de travail", explique Fred Daveloose, délégué SETCa. Les syndicats demandent plus de transparence quant au nombre de jours de récupération à prévoir pour les pilotes.

Cette hausse de la pénibilité de travail s'accompagne de craintes liées à la délocalisation des activités de FedEX, le client principal d'ASL, vers l'aéroport parisien Charles de Gaulle. "Les 150 pilotes d'ASL devront se rendre à Paris pour effectuer leurs vols de départ, ce qui va avoir un impact sur les vies de famille du personnel concerné", commente Vicky Hendricks, permanente CGSLB. Les représentants du personnel demandent encore l'octroi d'une prime corona étant donné que "l'explosion de l'activité cargo a généré des bénéfices jamais atteints pour la société".

"Les pilotes sont déterminés à passer à l'action et à démontrer, à la veille des fêtes de fin d'année, l'aspect essentiel de leur métier dans la chaine logistique d'approvisionnement", conclut le front commun.

Le front commun syndical de la compagnie aérienne cargo ASL Airlines, active à l'aéroport de Bierset, a déposé un préavis de grève, a-t-il fait savoir mercredi soir. Des actions pourraient avoir lieu dès la semaine prochaine. "Les équipages de vol cargo ont été mis sous pression tant au niveau commercial par une augmentation du nombre de vols, qu'au niveau des conditions de travail", explique Fred Daveloose, délégué SETCa. Les syndicats demandent plus de transparence quant au nombre de jours de récupération à prévoir pour les pilotes. Cette hausse de la pénibilité de travail s'accompagne de craintes liées à la délocalisation des activités de FedEX, le client principal d'ASL, vers l'aéroport parisien Charles de Gaulle. "Les 150 pilotes d'ASL devront se rendre à Paris pour effectuer leurs vols de départ, ce qui va avoir un impact sur les vies de famille du personnel concerné", commente Vicky Hendricks, permanente CGSLB. Les représentants du personnel demandent encore l'octroi d'une prime corona étant donné que "l'explosion de l'activité cargo a généré des bénéfices jamais atteints pour la société". "Les pilotes sont déterminés à passer à l'action et à démontrer, à la veille des fêtes de fin d'année, l'aspect essentiel de leur métier dans la chaine logistique d'approvisionnement", conclut le front commun.