Nyrstar ne donne pas de chiffres (ses résultats officiels seront publiés le 30 octobre), et reste confiant sur ses objectifs de production et de " capex " (dépenses d'investissement) affichés en début d'année. Mais le groupe annonce que ses résultats au troisième trimestre seront significativement impactés par la baisse du prix du zinc, qui ...

Nyrstar ne donne pas de chiffres (ses résultats officiels seront publiés le 30 octobre), et reste confiant sur ses objectifs de production et de " capex " (dépenses d'investissement) affichés en début d'année. Mais le groupe annonce que ses résultats au troisième trimestre seront significativement impactés par la baisse du prix du zinc, qui est 25 % en dessous du niveau du premier semestre. Par ailleurs, Nyrstar s'attend à devoir revoir à la baisse la valeur de ses actifs miniers, des réductions qui devraient être, annonce le groupe, " substantielles ". Du coup, dans le marché, alors qu'on tablait initialement sur un résultat opérationnel (Ebitda) de près de 300 millions cette année, on estime désormais que c'est un objectif impossible à réaliser. Mais c'est moins la baisse probable des résultats que l'endettement du groupe qui inquiète. Dans son communiqué, Nyrstar insiste sur son niveau de liquidités très important (620 à 650 millions d'euros, selon la société). Mais certains analystes estiment que cela reste juste pour escalader la montagne de dettes que le groupe a accumulées. Un endettement qui s'élève à 1,2 milliard, selon la société, mais qui serait bien plus important, selon certains analystes qui ajoutent les charges liées à l'affacturage et aux garanties de production consenties par le groupe. Selon ABN Amro, la dette du groupe avoisinerait 1,9 milliard d'euros, avec 350 millions arrivant à échéance l'an prochain. ABN Amro a fixé son objectif de cours pour l'action Nyrstar à... 1 euro. Presqu'une penny stock.