D'une part, le bras financier de la famille va monter de 74 à 100 % au capital de Dior SE (le holding propriétaire de la maison de couture Dior et de 41 % du capital de LVMH). Pour ce faire, il va lancer une OPA à 12 milliards d'euros sur les 26 % détenus par des minoritaires, ce qui devrait faire passer sa participation dans LVMH de 35 à 47 %. Le financement de cette OPA se fera pour un tiers par l'échange d'actions du groupe Hermès (dont Groupe Arnault détient encore 8 %), le reste étant financé en cash.
...

D'une part, le bras financier de la famille va monter de 74 à 100 % au capital de Dior SE (le holding propriétaire de la maison de couture Dior et de 41 % du capital de LVMH). Pour ce faire, il va lancer une OPA à 12 milliards d'euros sur les 26 % détenus par des minoritaires, ce qui devrait faire passer sa participation dans LVMH de 35 à 47 %. Le financement de cette OPA se fera pour un tiers par l'échange d'actions du groupe Hermès (dont Groupe Arnault détient encore 8 %), le reste étant financé en cash. D'autre part, LVMH va racheter la maison de couture Dior, valorisée à 6,5 milliards d'euros, pour la rapprocher de son activité " parfums " (Dior Parfums). Un rapprochement attendu par le marché depuis bien longtemps car il signe la disparition de deux niveaux de cotation, pour plus de simplicité. Ce projet d'acquisition se fera via l'endettement, à un moment où Dior Couture, tout un temps en difficulté, a atteint une taille critique à 2 milliards de chiffre d'affaires. Quel est l'intérêt de cette réorganisation ? Il s'agit à la fois pour Groupe Arnault de simplifier sa structure et de renforcer le poids de la famille dans LVMH. Ce dernier va ainsi renforcer son aura mondiale, avec désormais deux marques phares dans sa division mode : Louis Vuitton et Dior. L'opération va également permettre au groupe de dégager des synergies et de favoriser le financement de certains investissements en termes d'événements ou de communication. Autre avantage de cette refonte : le fait qu'elle permet de solder l'épisode Hermès. LVMH avait déjà cédé l'entièreté de ses actions Hermès. Groupe Arnault s'apprête à faire la même chose.Par ailleurs, LVMH a détrôné en capitalisation boursière le pétrolier Total en tête du CAC 40, l'indice phare parisien.Mercredi vers 16h45, le titre LVMH évoluait en hausse de 0,96% à 230,25 euros (246,55 francs), pesant 116,7 milliards d'euros en Bourse, contre une capitalisation de 115,8 milliards d'euros pour Total qui cédait 0,39% à 46,66 euros. "C'est une première depuis la fin des années 1980, puisqu'il y avait habituellement des valeurs de l'industrie lourde en tête des capitalisations", relève auprès de l'AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque. "C'est un petit événement sur le CAC 40, qui s'explique par plusieurs années compliquées pour le cours du pétrole, composante directe de la performance de la société Total", ajoute-t-il. Le changement est significatif pour l'indice phare parisien, et dénote la bonne santé des valeurs du luxe. Depuis le début de l'année, l'action LVMH a ainsi progressé de près de 27%, Kering enregistrant pour sa part une hausse de plus de 33%, la plus forte progression du CAC 40. A l'inverse, l'action Total a enregistré un recul d'environ 4% sur cette période, alors que l'indice CAC 40 s'appréciait de plus de 8%.