Le chat est un animal imprévisible. Pas étonnant qu'un temple dédié au félin le soit tout autant. Initialement programmée à Bruxelles en 2020, l'inauguration du sanctuaire Le Chat Cartoon Museum est désormais prévue en 2023 et son budget a explosé depuis : l'enveloppe de 9 millions d'euros évoquée il y a deux ans à peine flirte aujourd'hui avec les 14 millions dans les nouvelles estimations, soit une augmentation de plus de 50% par rapport au projet initial.
...

Le chat est un animal imprévisible. Pas étonnant qu'un temple dédié au félin le soit tout autant. Initialement programmée à Bruxelles en 2020, l'inauguration du sanctuaire Le Chat Cartoon Museum est désormais prévue en 2023 et son budget a explosé depuis : l'enveloppe de 9 millions d'euros évoquée il y a deux ans à peine flirte aujourd'hui avec les 14 millions dans les nouvelles estimations, soit une augmentation de plus de 50% par rapport au projet initial. Que s'est-il donc passé dans le dossier du dessinateur Philippe Geluck qui rêve, depuis des années, d'ériger un musée à l'honneur de son animal fétiche ? Lorsque nous avions évoqué ce projet dans nos pages en janvier 2017, tout semblait se mettre correctement en place avec un budget visiblement maîtrisé : la Région de Bruxelles-Capitale devait investir 4,5 millions d'euros pour rénover un de ses bâtiments situé tout près de la place Royale et Philippe Geluck devait apporter un montant similaire pour l'aménagement des lieux et la scénographie. Mais entretemps, on est passé de la reconversion du " bâtiment 1930 " - c'est son appellation officielle - à sa démolition pure et simple pour construire, à la place, un nouvel édifice. Bref, la Région mettra donc près de 9,4 millions dans l'aventure tandis que le papa du Chat apportera ses 4,5 millions comme prévu (son tour de table auprès d'investisseurs privés est quasiment bouclé). " L'augmentation du budget s'explique par cette nouvelle orientation architecturale, explique Pascal Sac, porte-parole de la Société d'aménagement urbain (SAU) qui pilote les travaux. Il a fallu redessiner les plans, d'autant plus que des institutions voisines sont également entrées dans le projet, ce qui débouche aujourd'hui sur des travaux supplémentaires. " Conçu par l'architecte Pierre Hebbelinck, le musée sera en effet doté de nouvaux espaces de passage et de stockage en sous-sol pour Bozar et le palais du Coudenberg tout proches. " L'arrivée de ces nouveaux acteurs explique en partie le retard, constate Philippe Geluck. Il a fallu aussi que la machine administrative se mette en marche, mais je reste confiant pour la suite puisque la convention de partenariat vient d'être signée avec le ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale. " Avant d'ajouter, taquin : " Sauf si, en creusant, les ouvriers découvrent le tombeau de Manneken-Pis ! " Le dessinateur du Chat sait en effet que le chantier pourrait être momentanément interrompu si, d'aventure, les travaux d'excavation mettaient à jour l'un ou l'autre vestige. Voilà pourquoi aucune date précise n'est encore avancée pour l'inauguration de ce temple moderne de 4.000 m2 qui espère attirer 150.000 visiteurs par an et devrait employer 25 personnes. Symbolique, l'année 2023 est toutefois privilégiée puisqu'elle correspondra au 40 ans du Chat. Un retard supplémentaire pourrait se transformer en un tout autre gâteau d'anniversaire, Philippe Geluck fêtant, quant à lui, ses 70 ans en 2024.