Miracor Medical a développé un dispositif technologique permettant de réduire considérablement les séquelles d'un infarctus. Les résultats cliniques sont concluants. Ils doivent encore être confirmés par une dernière étude randomisée en Europe et le produit pourra arriver sur le marché en 2019. Pour franchir cette étape et entamer son travail de commercialisation, la firme autrichienne spécialisée dans l'équipement médical a décidé de lever 25 millions d'euros. " Nous avons reçu plusieurs marques d'intérêt, provenant de divers pays, confie le CEO Olivier Delporte. La Belgique est ressortie c...

Miracor Medical a développé un dispositif technologique permettant de réduire considérablement les séquelles d'un infarctus. Les résultats cliniques sont concluants. Ils doivent encore être confirmés par une dernière étude randomisée en Europe et le produit pourra arriver sur le marché en 2019. Pour franchir cette étape et entamer son travail de commercialisation, la firme autrichienne spécialisée dans l'équipement médical a décidé de lever 25 millions d'euros. " Nous avons reçu plusieurs marques d'intérêt, provenant de divers pays, confie le CEO Olivier Delporte. La Belgique est ressortie comme la meilleure opportunité pour une telle levée de fonds. " La meilleure opportunité, rien que ça ! Les dirigeants de Miracor ont été séduits par trois éléments. D'abord, la complémentarité des supports publics (SFPI, SRIW et Meusinvest) et " leur volonté commune de promouvoir le tissu économique dans le domaine médical ". Ils apportent ensemble un peu plus de la moitié des 25 millions, sous forme de prêts, d'avances récupérables et d'equity. Ensuite, la présence d'un " écosystème dynamique " dans la province de Liège, avec la présence d'une vingtaine de sociétés spécialisées dans le matériel médical qui occupent ensemble 620 personnes. De quoi à l'avenir nouer des partenariats ou trouver des sous-traitants même si, à ce stade, on en reste aux contacts purement informels. Enfin, et cela casse des clichés profondément ancrés, le recrutement de la main d'oeuvre sur place ne paraissait pas trop compliqué. " L'accès aux talents est simple et cela fut un des éléments de notre processus de décision en faveur de la Belgique, dit Olivier Delporte. Grâce à la présence depuis longtemps de grandes sociétés pharmaceutiques, il y a ici une base de personnes qualifiées et habituées à nos standards. " Vous l'avez compris, Miracor Médicals ne se contente de pas de lever des fonds, elle déménage ses infrastructures de Vienne à Awans. Seize employés devraient suivre et l'entreprise envisage d'en engager au moins 13 autres dans les trois ans, notamment pour les développements commerciaux. A terme, une partie de la production pourrait s'établir en Belgique. Il est peut-être temps de vous expliquer le produit mis au point par Miracor Medical. Il s'agit d'un cathéter introduit dans le sinus coronaire, à la sortie du coeur, pendant le traitement d'un infarctus. Relié à une console, il se gonfle et dégonfle pendant l'intervention afin d'améliorer la circulation dans le coeur. Cela réduit de manière significative les séquelles de l'opération et évite ainsi au patient de pâtir d'une insuffisance cardiaque. Cette dernière est la plus fréquente des maladies chroniques. Elle touche quelque 230.000 personnes en Belgique et les projections annoncent 300.000 personnes atteintes à l'horizon 2030. Cette pathologie coûte de 800 à 900 millions d'euros par an à l'Inami (plus que le traitement du cancer ! ). De quoi espérer que l'appareillage de Miracor soit remboursé à brève échéance.