La Californie a adopté une loi visant à réduire de manière spectaculaire les emballages plastiques non recyclables et le polystyrène expansé d'ici dix ans, un effort qu'il appartiendra aux industriels eux-mêmes de mettre en oeuvre et de financer aux termes de cette législation.

Le texte, qui n'attend plus que la signature du gouverneur Gavin Newsom pour entrer en vigueur, stipule qu'au moins 30% des emballages plastiques vendus ou utilisés en Californie devront être recyclables d'ici 2028, une proportion qui devra être de 65% au 1er janvier 2032.

L'incinération ou la conversion de ces déchets en combustibles ne fait pas partie des formes de "recyclage" admises.

La loi s'attaque aussi à la pollution des emballages alimentaires en polystyrène expansé, fréquemment utilisés aux Etats-Unis dans la restauration à emporter pour les gobelets ou les plats. A moins que les producteurs ne soient capables de prouver qu'au moins 25% de ces emballages sont recyclables d'ici 2025, ils ne pourront plus du tout être utilisés dans l'Etat.

Pour les défenseurs de l'environnement, cet objectif est impossible à atteindre, ce qui revient pour eux à une "interdiction de fait" des emballages alimentaires en polystyrène.

"C'est la législation la plus exigeante du pays pour la réduction des déchets plastiques", s'est félicitée l'ONG écologiste The Nature Conservancy.

En Californie, Etat riche qui se veut à la pointe de la protection de l'environnement, environ 85% des déchets plastiques échappent au recyclage et finissent dans des décharges. En 2021, ce taux était de seulement 5% sur l'ensemble des Etats-Unis.

La nouvelle loi californienne ne se contente pas d'édicter des règles pour le recyclage, elle rend les industriels directement responsables de la mise en oeuvre et du financement de ces mesures. Les entreprises ou "entités" qui ne se conformeraient pas à cette loi s'exposent à 50.000 dollars d'amende par jour.

La Californie a adopté une loi visant à réduire de manière spectaculaire les emballages plastiques non recyclables et le polystyrène expansé d'ici dix ans, un effort qu'il appartiendra aux industriels eux-mêmes de mettre en oeuvre et de financer aux termes de cette législation.Le texte, qui n'attend plus que la signature du gouverneur Gavin Newsom pour entrer en vigueur, stipule qu'au moins 30% des emballages plastiques vendus ou utilisés en Californie devront être recyclables d'ici 2028, une proportion qui devra être de 65% au 1er janvier 2032.L'incinération ou la conversion de ces déchets en combustibles ne fait pas partie des formes de "recyclage" admises.La loi s'attaque aussi à la pollution des emballages alimentaires en polystyrène expansé, fréquemment utilisés aux Etats-Unis dans la restauration à emporter pour les gobelets ou les plats. A moins que les producteurs ne soient capables de prouver qu'au moins 25% de ces emballages sont recyclables d'ici 2025, ils ne pourront plus du tout être utilisés dans l'Etat.Pour les défenseurs de l'environnement, cet objectif est impossible à atteindre, ce qui revient pour eux à une "interdiction de fait" des emballages alimentaires en polystyrène."C'est la législation la plus exigeante du pays pour la réduction des déchets plastiques", s'est félicitée l'ONG écologiste The Nature Conservancy. En Californie, Etat riche qui se veut à la pointe de la protection de l'environnement, environ 85% des déchets plastiques échappent au recyclage et finissent dans des décharges. En 2021, ce taux était de seulement 5% sur l'ensemble des Etats-Unis.La nouvelle loi californienne ne se contente pas d'édicter des règles pour le recyclage, elle rend les industriels directement responsables de la mise en oeuvre et du financement de ces mesures. Les entreprises ou "entités" qui ne se conformeraient pas à cette loi s'exposent à 50.000 dollars d'amende par jour.