"L'Auditorat de l'Autorité belge de la concurrence dispose d'informations au sujet de possibles infractions à l'article IV.1 du Code de droit économique et/ou à l'article 101 Traité sur le fonctionnement de l'UE et en particulier, de participation présumée à des accords et/ou pratiques concertées anticoncurrentiels entre grossistes-répartiteurs actifs en Belgique relatifs aux services que ceux-ci offrent aux laboratoires pharmaceutiques d'une part et aux pharmacies d'autre part", explique le communiqué.

L'Autorité a débuté son enquête lors d'une étude de marché préalable à l'importante fusion annoncée l'an dernier entre PharmaBelgium et Belmedis. Des "choses étranges" et "un risque élevé d'infraction" ont été constatés. Les pratiques visées ne se limiteraient pas aux prix.

"Nous enquêtons sur l'ensemble du secteur. Il y a cinq grands acteurs, mais nos moyens limités ne nous ont permis d'en perquisitionner que quelques un", détaille Mme Thirion.

La durée de l'enquête dépendra de la complexité, de la collaboration des entreprises impliquées et de l'usage fait par la défense de ses droits.

Les perquisitions sont une étape préliminaire dans la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles et elles ne préjugent en rien de l'issue de l'enquête, rappelle l'Autorité.