Avec un salaire limité à 12,06 euros de l'heure et 90% d'emplois à temps partiel, les aide-ménagères éprouvent des difficultés à partir en vacances. Pour 40% d'entre elles, c'est impossible, même pour un séjour en Belgique, selon l'enquête de la CSC.

Seules 10% des répondantes partent chaque année en vacances à l'étranger, pour une durée maximale d'une semaine, révèle encore ce sondage.

Les aide-ménagères en couple partent davantage en vacances que leurs consoeurs célibataires. Ainsi, 60% des sondées célibataires ont indiqué ne jamais partir en vacances. A peine 6,5% d'entre elles partent en vacances à l'étranger chaque année et parmi elles, seulement 2% y restent plus d'une semaine. Lorsque la travailleuse est célibataire et a des enfants, il est encore plus ardu de partir en vacances: seules 8% partent en vacances chaque année. Pour 92%, un week-end à la mer n'est même pas envisageable, dénonce le syndicat chrétien.

La CSC Alimentation et Services a sondé en ligne 1.335 travailleuses du secteur des titres-services entre avril et mai dernier.

Avec un salaire limité à 12,06 euros de l'heure et 90% d'emplois à temps partiel, les aide-ménagères éprouvent des difficultés à partir en vacances. Pour 40% d'entre elles, c'est impossible, même pour un séjour en Belgique, selon l'enquête de la CSC. Seules 10% des répondantes partent chaque année en vacances à l'étranger, pour une durée maximale d'une semaine, révèle encore ce sondage. Les aide-ménagères en couple partent davantage en vacances que leurs consoeurs célibataires. Ainsi, 60% des sondées célibataires ont indiqué ne jamais partir en vacances. A peine 6,5% d'entre elles partent en vacances à l'étranger chaque année et parmi elles, seulement 2% y restent plus d'une semaine. Lorsque la travailleuse est célibataire et a des enfants, il est encore plus ardu de partir en vacances: seules 8% partent en vacances chaque année. Pour 92%, un week-end à la mer n'est même pas envisageable, dénonce le syndicat chrétien. La CSC Alimentation et Services a sondé en ligne 1.335 travailleuses du secteur des titres-services entre avril et mai dernier.