Les accords signés le 29 janvier comportaient des engagements précis et une date-butoir, à savoir le 31 mai, rappellent les organisations. "Nous avons dû prendre contact de notre propre initiative, avec la Ville de Bruxelles pour l'ouverture des bandes bus aux taxis", déplore-t-on. "Une consultation devait être organisée avec les communes pour établir un système de sanctions administratives relatives au comportement de certains clients. Un système de contrôle permanent à la gare du Midi devait également être étudié."

Les organisations réclament au gouvernement bruxellois un moratoire pour l'ensemble de l'accord sectoriel et la démission de la directrice de l'administration du taxi, Mme Popescu. Elles n'ont pas fixé d'heure de fin à leur action.

Les accords signés le 29 janvier comportaient des engagements précis et une date-butoir, à savoir le 31 mai, rappellent les organisations. "Nous avons dû prendre contact de notre propre initiative, avec la Ville de Bruxelles pour l'ouverture des bandes bus aux taxis", déplore-t-on. "Une consultation devait être organisée avec les communes pour établir un système de sanctions administratives relatives au comportement de certains clients. Un système de contrôle permanent à la gare du Midi devait également être étudié." Les organisations réclament au gouvernement bruxellois un moratoire pour l'ensemble de l'accord sectoriel et la démission de la directrice de l'administration du taxi, Mme Popescu. Elles n'ont pas fixé d'heure de fin à leur action.