Vendredi soir, le juge des référés du tribunal de l'entreprise de Liège a imposé à Skeyes d'assurer son service jusqu'à lundi matin à 09h00, sous peine d'une astreinte de 250.000 euros par heure d'interruption. Une action avait été introduite en extrême urgence par la société Liege Cargo Handling Services (LACHS) et la compagnie aérienne Cargo Airlines (CAL), toutes deux établies à l'aéroport de Liège. "Notre activité n'a pas connu de perturbations", confirme David Alexis, directeur général adjoint de Lachs. Ces dernières semaines, un manque d'effectifs au sein du contrôleur aérien Skeyes, dans un contexte de tensions sociales, a causé de nombreuses fermetures de l'espace aérien belge, le plus souvent durant quelques heures au cours de la nuit, ce qui touche particulièrement les compagnies cargo actives à l'aéroport de Liège. Un conseil d'administration extraordinaire est attendu sous peu.

Vendredi soir, le juge des référés du tribunal de l'entreprise de Liège a imposé à Skeyes d'assurer son service jusqu'à lundi matin à 09h00, sous peine d'une astreinte de 250.000 euros par heure d'interruption. Une action avait été introduite en extrême urgence par la société Liege Cargo Handling Services (LACHS) et la compagnie aérienne Cargo Airlines (CAL), toutes deux établies à l'aéroport de Liège. "Notre activité n'a pas connu de perturbations", confirme David Alexis, directeur général adjoint de Lachs. Ces dernières semaines, un manque d'effectifs au sein du contrôleur aérien Skeyes, dans un contexte de tensions sociales, a causé de nombreuses fermetures de l'espace aérien belge, le plus souvent durant quelques heures au cours de la nuit, ce qui touche particulièrement les compagnies cargo actives à l'aéroport de Liège. Un conseil d'administration extraordinaire est attendu sous peu.