Au début de l'année passée, Zeebrugge a tendu la main à Anvers en vue d'un rapprochement entre les deux ports. Des avances qui sont survenues après la fusion internationale des ports de Gand, Flessingue et Terneuzen.

Deux études externes ont été menées pour examiner les conséquences d'un rapprochement. Après plusieurs réunions de haut niveau ce mois-ci entre les deux ports, le bourgmestre Dirk De fauw a présenté mardi soir la situation au conseil communal de Bruges. D'après lui, trop d'éléments compliquent une fusion: "le statut du personnel est complètement différent et il y a peu d'objectifs en commun. Nous n'en avons trouvé que deux: le trafic de conteneurs et l'énergie du futur. Les autres aspects importants à Zeebrugge sont les rouliers, le Brexit et le trafic automobile, mais ces points importent beaucoup moins à Anvers", a expliqué M. De fauw.

L'idée d'une fusion volontaire semble donc enterrée, mais il est encore question d'une collaboration formelle pour les conteneurs.