L'Autorité de la concurrence, saisie il y a sept ans par les concurrents d'Orange, a souligné qu'il s'agissait de l'amende la plus élevée jamais prononcée pour "une entreprise à titre individuel".

Orange, héritier du monopole historique France Télécom, est accusé d'avoir abusé de sa position dominante pour fidéliser ses clients professionnels en particulier dans les années 2000, au début du boom du portable.

En téléphonie fixe, l'Autorité de la concurrence a sanctionné l'accès privilégié d'Orange à des informations capitales dans l'élaboration des offres commerciales. Elle lui a donné 18 mois pour mettre fin à ces pratiques.

Orange, qui a coopéré avec l'Autorité de la concurrence, a accepté la décision sans faire appel.

L'amende représente moins de 1% de son chiffre d'affaires (plus de 39 milliards d'euros en 2014): "Orange a depuis longtemps passé une provision qui est largement suffisante pour couvrir cette amende et par conséquent ça n'aura aucun impact sur nos résultats de l'année ni bien évidemment sur nos objectifs financiers", a déclaré à l'AFP le PDG d'Orange, Stéphane Richard.

L'Autorité de la concurrence, saisie il y a sept ans par les concurrents d'Orange, a souligné qu'il s'agissait de l'amende la plus élevée jamais prononcée pour "une entreprise à titre individuel".Orange, héritier du monopole historique France Télécom, est accusé d'avoir abusé de sa position dominante pour fidéliser ses clients professionnels en particulier dans les années 2000, au début du boom du portable.En téléphonie fixe, l'Autorité de la concurrence a sanctionné l'accès privilégié d'Orange à des informations capitales dans l'élaboration des offres commerciales. Elle lui a donné 18 mois pour mettre fin à ces pratiques.Orange, qui a coopéré avec l'Autorité de la concurrence, a accepté la décision sans faire appel.L'amende représente moins de 1% de son chiffre d'affaires (plus de 39 milliards d'euros en 2014): "Orange a depuis longtemps passé une provision qui est largement suffisante pour couvrir cette amende et par conséquent ça n'aura aucun impact sur nos résultats de l'année ni bien évidemment sur nos objectifs financiers", a déclaré à l'AFP le PDG d'Orange, Stéphane Richard.