Dans une première étape, le géant bâlois veut créer 260 postes qui seront renforcés d'ici 2021. Les premiers lots fabriqués par cette nouvelle usine seront distribués en Suisse et dans l'Union européenne d'ici deux ans, a précisé Novartis lundi dans un communiqué. Cet investissement illustre les mutations que traverse le secteur, a précisé Matthias Leuenberger, responsable pour la Suisse de Novartis.

"Alors que nous investissons dans de nouvelles technologies hautement spécialisées, l'importance de certains domaines traditionnels va diminuer", a-t-il affirmé. L'annonce de l'investissement à Stein intervient après l'homologation par l'UE du traitement cellulaire Kymriah contre la leucémie lymphoblastique aiguë à cellules B chez l'enfant et les jeunes adultes jusqu'à 25 ans après récidive de la maladie. Novartis exploite déjà aux Etats-Unis, à Morris Plains au New Jersey, une usine spécialisée dans la production de thérapie cellulaires et géniques.

Dans une première étape, le géant bâlois veut créer 260 postes qui seront renforcés d'ici 2021. Les premiers lots fabriqués par cette nouvelle usine seront distribués en Suisse et dans l'Union européenne d'ici deux ans, a précisé Novartis lundi dans un communiqué. Cet investissement illustre les mutations que traverse le secteur, a précisé Matthias Leuenberger, responsable pour la Suisse de Novartis. "Alors que nous investissons dans de nouvelles technologies hautement spécialisées, l'importance de certains domaines traditionnels va diminuer", a-t-il affirmé. L'annonce de l'investissement à Stein intervient après l'homologation par l'UE du traitement cellulaire Kymriah contre la leucémie lymphoblastique aiguë à cellules B chez l'enfant et les jeunes adultes jusqu'à 25 ans après récidive de la maladie. Novartis exploite déjà aux Etats-Unis, à Morris Plains au New Jersey, une usine spécialisée dans la production de thérapie cellulaires et géniques.