Un accord social a été conclu il y a une vingtaine de jours mais il ne jouit du soutien que du syndicat socialiste, ses équivalents chrétien et libéral l'ayant rejeté. Ces deux organisations estiment qu'il ne règle pas structurellement les problèmes dénoncés, notamment en matière de sous-effectif.

La direction de Skeyes avait fermé la porte à une renégociation de l'accord social mais se disait ouverte à la discussion sur plusieurs points de détail.

Une énième fermeture de l'espace aérien pendant plusieurs heures, le 16 mai, avait provoqué l'ire de Brussels Airport, Brussels Airlines et TUI fly, qui se sont ensuite tournés vers la justice pour obtenir des astreintes en cas de nouvelle perturbation du service.

Avant cela, deux sociétés actives à l'aéroport de Liège, particulièrement affecté par les fermetures nocturnes de l'espace aérien, avaient déjà saisi la justice.