A l'issue de son exercice 2019, le bénéfice net part du groupe -propriété du chinois Geely- a pris 4%, à 7,1 milliards de couronnes (674 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires en progression de 8,5%, à 274 milliards de couronnes. La marque a vendu plus de 705.000 véhicules en 2019, soit 10% de plus que le record de 2018. Les ventes ont augmenté sur ces trois principaux marchés: l'Europe (+7%), la China (+18,7%) et les Etats-Unis (+10,1%).

Volvo Cars n'a pas fourni de prévision chiffrée pour 2020, disant seulement attendre une poursuite de la hausse de ses ventes et de ses revenus. Pour le premier trimestre de l'exercice en cours, le constructeur prévoit toutefois "un impact sur les résultats" dû au nouveau coronavirus en Chine, qui a déjà causé la mort de plus de 560 personnes.

"Volvo Cars a des activités importantes en Chine, tant au niveau de la production que de la chaîne d'approvisionnement, et nos activités seront touchées", indique le groupe dans son rapport. Racheté par Geely à l'Américain Ford en 2010, Volvo Cars a redressé spectaculairement ses comptes et son image de marque. Il a misé en outre sur les voitures autonomes, où il est aujourd'hui l'un des plus avancés. Le groupe dit vouloir aujourd'hui se concentrer sur l'électrification de ses véhicules. Volvo Cars avait annoncé en 2017 qu'il ne lancerait plus que des nouveaux modèles électriques ou hybrides à compter de 2019, promettant la "fin historique" des véhicules équipés seulement d'un moteur à combustion.

A l'issue de son exercice 2019, le bénéfice net part du groupe -propriété du chinois Geely- a pris 4%, à 7,1 milliards de couronnes (674 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires en progression de 8,5%, à 274 milliards de couronnes. La marque a vendu plus de 705.000 véhicules en 2019, soit 10% de plus que le record de 2018. Les ventes ont augmenté sur ces trois principaux marchés: l'Europe (+7%), la China (+18,7%) et les Etats-Unis (+10,1%). Volvo Cars n'a pas fourni de prévision chiffrée pour 2020, disant seulement attendre une poursuite de la hausse de ses ventes et de ses revenus. Pour le premier trimestre de l'exercice en cours, le constructeur prévoit toutefois "un impact sur les résultats" dû au nouveau coronavirus en Chine, qui a déjà causé la mort de plus de 560 personnes. "Volvo Cars a des activités importantes en Chine, tant au niveau de la production que de la chaîne d'approvisionnement, et nos activités seront touchées", indique le groupe dans son rapport. Racheté par Geely à l'Américain Ford en 2010, Volvo Cars a redressé spectaculairement ses comptes et son image de marque. Il a misé en outre sur les voitures autonomes, où il est aujourd'hui l'un des plus avancés. Le groupe dit vouloir aujourd'hui se concentrer sur l'électrification de ses véhicules. Volvo Cars avait annoncé en 2017 qu'il ne lancerait plus que des nouveaux modèles électriques ou hybrides à compter de 2019, promettant la "fin historique" des véhicules équipés seulement d'un moteur à combustion.