Skeyes souffre de l'impact de la pandémie sur le trafic aérien, puisque l'entreprise tire l'essentiel de ses revenus des services qu'elle fournit aux compagnies, comme l'accompagnement au décollage et à l'atterrissage.

Dans le même temps, une grande partie des coûts demeurent, notamment pour rester opérationnel et garantir la sécurité du trafic.

La demande de soutien a été annoncée par le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet, en commission de la Chambre. Skeyes en a par la suite précisé le montant.

L'entreprise avait déjà bénéficié d'aides en 2020, tant de la part du fédéral que du contrôleur européen Eurocontrol.

Skeyes souffre de l'impact de la pandémie sur le trafic aérien, puisque l'entreprise tire l'essentiel de ses revenus des services qu'elle fournit aux compagnies, comme l'accompagnement au décollage et à l'atterrissage. Dans le même temps, une grande partie des coûts demeurent, notamment pour rester opérationnel et garantir la sécurité du trafic. La demande de soutien a été annoncée par le ministre de la Mobilité Georges Gilkinet, en commission de la Chambre. Skeyes en a par la suite précisé le montant. L'entreprise avait déjà bénéficié d'aides en 2020, tant de la part du fédéral que du contrôleur européen Eurocontrol.