Colin Kaepernick défraye la chronique depuis 2016. Alors joueur des San Francisco 49ers, il avait lancé le mouvement consistant à poser un genou à terre lors de l'hymne national pour protester contre les violences policières dont étaient victimes les noirs.

Malgré les critiques engendrées par ce geste, notamment de la part du président Trump, il l'avait répété à chaque match et avait été suivi par d'autres sportifs américains, et même par des artistes.

Depuis 2017, Kaepernick est cependant sans emploi. Il a d'ailleurs intenté un procès à la ligue (NFL), qu'il accuse de l'avoir mis sur liste noire.

La campagne de Nike, où l'on voit le joueur avec le slogan "Crois en quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier", a dès lors directement suscité la controverse, voire des appels au boycott. Mais elle a aussi reçu le soutien de superstars du sport US telles que LeBron James.

Colin Kaepernick des 49ers, Reuters
Colin Kaepernick des 49ers © Reuters

Si certaines vidéos de consommateurs brûlant leurs baskets sont apparues en ligne, Nike a néanmoins largement gagné son pari. Durant le trimestre où la marque au "Swoosh" a lancé la campagne, son chiffre d'affaires a progressé de 10% à 9,9 milliards de dollars et le bénéfice net a atteint 1,1 milliard.

Colin Kaepernick défraye la chronique depuis 2016. Alors joueur des San Francisco 49ers, il avait lancé le mouvement consistant à poser un genou à terre lors de l'hymne national pour protester contre les violences policières dont étaient victimes les noirs. Malgré les critiques engendrées par ce geste, notamment de la part du président Trump, il l'avait répété à chaque match et avait été suivi par d'autres sportifs américains, et même par des artistes. Depuis 2017, Kaepernick est cependant sans emploi. Il a d'ailleurs intenté un procès à la ligue (NFL), qu'il accuse de l'avoir mis sur liste noire. La campagne de Nike, où l'on voit le joueur avec le slogan "Crois en quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier", a dès lors directement suscité la controverse, voire des appels au boycott. Mais elle a aussi reçu le soutien de superstars du sport US telles que LeBron James. Si certaines vidéos de consommateurs brûlant leurs baskets sont apparues en ligne, Nike a néanmoins largement gagné son pari. Durant le trimestre où la marque au "Swoosh" a lancé la campagne, son chiffre d'affaires a progressé de 10% à 9,9 milliards de dollars et le bénéfice net a atteint 1,1 milliard.