"Nethys a indiqué qu'il n'entrerait pas au capital à hauteur de 51% et qu'il cherchait un repreneur pour ses parts, et que dans l'attente il continuerait à soutenir l'entreprise", a ajouté ce membre du conseil de surveillance de Nice-Matin, souhaitant garder l'anonymat.

Contacté, Nethys n'était pas joignable pour l'instant.

Le groupe de distribution d'énergie et de télécoms avait jusqu'au 31 décembre pour porter de 34% à 51% sa participation dans le capital de la société selon le pacte signé lors de son arrivée en 2016.

L'annonce a été faite vendredi par Jean-Marc Pastorino, PDG de Nice-Matin, dans un mail adressé aux salariés, a précisé cette source, confirmant une information des Echos.

"Une assemblée générale des actionnaires est prévue le 28 janvier pour faire le point sur la volonté de départ de Nethys et les pistes de repreneurs qu'il pourrait avoir pour assurer la pérennité de l'entreprise", a ajouté cette source.

Une offre de reprise a d'ores et déjà été formalisée par l'homme d'affaires Iskandar Safa, déjà propriétaire de l'hebdomadaire Valeurs actuelles, précise-t-elle.

Le groupe Nethys, qui détient par ailleurs 11% des parts du quotidien marseillais La Provence, entendrait aussi se désengager de ce journal, selon cette source.

Le quotidien Nice-Matin est aujourd'hui géré par une Société coopérative d'intérêt collectif (Scic), comptant 456 salariés actionnaires sur les 800 employés que totalise ce groupe de presse détenteur aussi du quotidien Var-Matin.

Nethys est une filiale de Publifin, un groupe récemment au coeur d'un supposé scandale d'emplois fictifs en Wallonie.

"Nethys a indiqué qu'il n'entrerait pas au capital à hauteur de 51% et qu'il cherchait un repreneur pour ses parts, et que dans l'attente il continuerait à soutenir l'entreprise", a ajouté ce membre du conseil de surveillance de Nice-Matin, souhaitant garder l'anonymat.Contacté, Nethys n'était pas joignable pour l'instant.Le groupe de distribution d'énergie et de télécoms avait jusqu'au 31 décembre pour porter de 34% à 51% sa participation dans le capital de la société selon le pacte signé lors de son arrivée en 2016.L'annonce a été faite vendredi par Jean-Marc Pastorino, PDG de Nice-Matin, dans un mail adressé aux salariés, a précisé cette source, confirmant une information des Echos."Une assemblée générale des actionnaires est prévue le 28 janvier pour faire le point sur la volonté de départ de Nethys et les pistes de repreneurs qu'il pourrait avoir pour assurer la pérennité de l'entreprise", a ajouté cette source. Une offre de reprise a d'ores et déjà été formalisée par l'homme d'affaires Iskandar Safa, déjà propriétaire de l'hebdomadaire Valeurs actuelles, précise-t-elle.Le groupe Nethys, qui détient par ailleurs 11% des parts du quotidien marseillais La Provence, entendrait aussi se désengager de ce journal, selon cette source. Le quotidien Nice-Matin est aujourd'hui géré par une Société coopérative d'intérêt collectif (Scic), comptant 456 salariés actionnaires sur les 800 employés que totalise ce groupe de presse détenteur aussi du quotidien Var-Matin.Nethys est une filiale de Publifin, un groupe récemment au coeur d'un supposé scandale d'emplois fictifs en Wallonie.